(Washington) Les autorités sanitaires américaines ont annoncé vendredi que les croisières pourraient reprendre aux États-Unis à partir de novembre mais à condition de respecter un nouveau protocole strict, dont des tests systématiques des passagers et des membres d’équipage.

Agence France-Presse

Les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) ont publié un nouveau cadre définissant les nouvelles obligations des croisiéristes, pour une reprise progressive des voyages.

Les compagnies devront d’abord organiser une croisière de « simulation » avec des volontaires pour démontrer l’efficacité du nouveau protocole sanitaire.

Ils devront prévoir des cabines de quarantaine, tester l’ensemble des passagers à l’embarquement et au débarquement et tester les membres d’équipage une fois par semaine, ce qui requerra des analyses de laboratoires à bord.

Les croisières pourront durer sept jours maximum. Et les repas devront être servis en respectant la distanciation physique.

Toutes les croisières ont été arrêtées en mars et les autorités ont régulièrement prolongé l’interdiction, la dernière devant désormais expirer le 31 octobre.

Le géant américain Carnival Cruise Line, dont plusieurs paquebots avaient été frappés par la COVID-19, avait déjà annulé toutes ses croisières encore prévues en novembre et décembre, sauf depuis les ports de Miami et Port Canaveral en Floride.

D’autres filiales de sa maison mère Carnival ont pris la décision de repousser leur retour en service, comme le numéro un du secteur au Royaume-Uni, P & O Cruises, qui ne prévoit pas la reprise de ses croisières avant début 2021.

Autre filiale de Carnival, le groupe italien Costa Croisières a pour sa part repris la mer début septembre après plus de cinq mois de pause.