Vous avez envie d’une dernière petite dose d’été avant de sortir tuques et lainages pour les sept prochains mois ? À Virginia Beach, destination pour laquelle bien des Québécois n’hésitent pas à faire 12 heures de route, on peut passer la journée en tenue de bain jusqu’à la fin d’octobre. Prolongez l’été avec nos suggestions d’activités (principalement) aquatiques !

Ève Dumas Ève Dumas
La Presse

Au premier regard, posé sur ses strip malls à n’en plus finir, Virginia Beach ne donne pas l’impression d’avoir bien vieilli. Une série de banlieues en bord de mer, avec quelques jolies maisons de vacances de part et d’autre d’une longue promenade bordée d’hôtels sans personnalité. Voilà pour la première impression.

Mais lorsqu’on se donne la peine de sortir du secteur ultra-touristique, de fouiller dans ses petits quartiers excentrés, de découvrir ses parcs et réserves fauniques, on tombe sous le charme d’une destination qui a bien plus à offrir que des kilomètres et des kilomètres de plage.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Mer de nénuphars sur le lac Pleasure House

Virginia Beach est entourée d’eau. Certes, il y a l’Atlantique, mais il y a aussi des baies, des anses, des rivières, des ruisseaux et des marécages qui façonnent ses paysages qui rappellent tantôt les bayous de la Louisiane, tantôt les Everglades en Floride, tantôt le Maine.

Les habitants du coin connaissent ces cours d’eau et savent naviguer dans la moindre petite crique. Ils ont été nombreux à nous les faire découvrir, que ce soit en kayak, en SUP (stand-up paddleboard, ou planche à pagaie), en surf ou en petits bateaux à moteur. Toujours bien renseignés sur la géographie, mais aussi sur l’histoire et le développement de leur région, ces précieux guides nous ont dépeint une Virginie où il fait bon vivre à l’année.

Pour les visiteurs, les mois de septembre et d’octobre permettent de profiter d’une plus grande disponibilité de chambres, de maisons, d’activités, de places dans les restaurants, etc.

Commençons notre visite avec quelques classiques qui se pratiquent dans et sur l’eau de Virginia Beach.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Il y a des kilomètres et des kilomètres de plage à Virginia Beach, divisés en trois secteurs. Ici, la populaire plage de la promenade, où se trouvent tous les hôtels.

Baignade

Il y a trois plages principales dans la « Ville de Neptune » : la plage de la promenade, bordée d’hôtels de chaînes, Sandbridge, au sud, avec ses grandes maisons qu’on peut louer en famille, et la baie de Chesapeake, la préférée des résidants.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

La grande plage de la baie de Chesapeake est la préférée des locaux.

Que vous vous baigniez à l’une ou l’autre de ces plages, l’eau est bonne pour encore un mois au moins, et les vagues sont parfois assez gonflées pour s’y amuser ferme !

Kayak

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Matt Redford (maillot rouge), de Chesapean Outdoors, s’apprête à amener des clients pagayer avec les grands dauphins.

Un lundi matin, à 9 h 30, nous sommes presque seuls sur l’eau dans des kayaks de mer autovideurs (sit-on-top). Matt Redford, propriétaire de Chesapean Outdoors, aperçoit les premiers ailerons de dauphins. « Ils sont là ! », montre-t-il avec sa pagaie. Pendant une bonne heure, les cétacés sauvages iront et viendront à quelques dizaines de mètres de nous, sans jamais trop s’approcher. Vous les apercevrez peut-être aussi en surfant et en nageant. L’automne est une des périodes de reproduction des dauphins. Aussi sont-ils particulièrement fringants et pleins d’énergie à ce temps-ci de l’année !

Consultez le site de Chesapean Outdoors (en anglais) : https://www.chesapean.com/

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Les dauphins sont là !

L’entreprise Surf & Adventure/Ocean Rentals propose pour sa part un moyen fort original de se rendre à son prochain repas : en pagayant dans la réserve faunique de Back Bay, avant ou pendant le coucher du soleil. Nous n’avons pu profiter de la portion kayak de cette petite aventure, pour cause d’orages. Heureusement, le souper au Blue Pete’s a largement compensé. Ici, poissons et fruits de mer locaux sont les vedettes du menu, dont la fameuse she-crab soup, spécialité du coin. Mais la cuisine est presque éclipsée par la vie aquatique qui grouille dans le marécage sur lequel donne la terrasse. Tortues, poissons, serpents d’eau, grues et autres créatures tiennent compagnie aux dîneurs. Vous n’aimez pas toutes ces créatures marines ? Mangez à l’intérieur !

Consultez le site de Surf & Adventure/Ocean Rentals (en anglais) : https://oceanrentalsltd.com/product/blue-petes-dinner-tour/

Consultez le site de Blue Pete’s (en anglais) : https://www.bluepetes.com/

SUP

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Jamie Mansour-Riddel fait du SUP yoga au lever du soleil, avec Rudee Inlet Stand Up Paddle.

Randy Harris, propriétaire de l’école Rudee Inlet Stand Up Paddle, est tout un numéro. Verbomoteur hyperactif, il peut vous filmer avec sa Go Pro en se tenant sur la tête sur sa planche à pagaie et vous raconter des histoires de pirates.

Ce n’est pas reposant, mais c’est divertissant à souhait ! Il offre des sorties en mer pour observer les dauphins, prendre quelques vagues ou tester son équilibre dans la posture de l’arbre.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Jamie Mansour-Riddel fait du SUP yoga au lever du soleil, avec Rudee Inlet Stand Up Paddle.

Si vous souhaitez vous relaxer, on vous suggère de passer votre tour pour la séance de SUP yoga à la marina. Optez plutôt pour les excursions actives.

Consultez le site de l’école Rudee Inlet Stand Up Paddle (en anglais) : http://www.paddleboardvb.com/

Virée photographique

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Les habitants de longue date appellent ce coin-ci la « green sea ». Le paysage est un mariage d’étendues marécageuses d’un vert vif et de pocosin, une zone humide composée de terres acides, de sable et de tourbe, dans laquelle les arbres ne poussent qu’à moitié.

Erik Moore vous donnera une tout autre perspective de Virginia Beach en vous emmenant dans ses coulisses les plus sauvages et naturelles. Dans son bateau tout neuf, qui peut asseoir six passagers, il nous fait sillonner la North Landing River, un cours d’eau qui se rend jusqu’en Caroline du Nord, au sud, et remonte dans les terres agricoles de Pungo, au nord.

C’est le paradis des ornithologues et des amateurs de faune locale. On y observe des pygargues à tête blanche, des balbuzards, des aigrettes, des hérons, des pélicans, des loutres, des cerfs, des ours, l’occasionnel lynx et bien d’autres espèces.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Erik Moore propose des sorties en bateau dans des eaux moins fréquentées. 

C’est l’intersection du Sud et du Nord, en matière de faune et de flore. Les habitants de longue date appellent ce coin-ci la « green sea ».

Le paysage est un mariage d’étendues marécageuses d’un vert vif et de pocosin, une zone humide composée de terres acides, de sable et de tourbe, dans laquelle les arbres ne poussent qu’à moitié.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Les sorties en bateau de Moore and More Photos visent les amateurs de photographie. 

Vous avez un petit creux après vos aventures dans les Everglades virginiennes ? Notre guide nous dit que Monks Place prépare les meilleurs burgers de la place. Apportez une petite laine pour la soirée, il fait plus frais dans le marais.

Consultez le site de Moore and More Photos (en anglais) : https://www.mooreandmorephotos.com/

Huîtres

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Chris Ludford est propriétaire de la compagnie Pleasure House Oysters.

Le crabe est la spécialité locale par excellence. Mais il y a quelques années, la pollution dans la baie de Chesapeake a failli avoir raison de cette industrie.

Chris Ludford vient d’une famille de pêcheurs. Diplômé en philosophie, il travaille comme pompier et, depuis une dizaine d’années, comme ostréiculteur.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

N’oubliez pas votre bouteille de vin blanc.

S’il élève des huîtres, c’est parce qu’elles sont délicieuses, certes, mais aussi parce qu’elles sont essentielles à l’équilibre écologique de la rivière Lynnhaven. Il participe donc à restaurer les récifs d’huîtres sauvages.

Celles qui sont destinées à la table grandissent en cage, de manière somme toute primitive. « J’exploite une ferme d’huîtres boutique ! », aime dire le pompier-philosophe.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Une huître Lynnhaven cultivée par Chris Ludford.

Pour l’heure, Pleasure House Oysters est davantage un passe-temps qu’un gagne-pain. On peut goûter aux sensuels bivalves dans quelques restaurants des environs ou, mieux encore, en faisant une sortie fort éducative et divertissante sur (et dans) l’eau, avec le capitaine. Apportez votre bouteille de vin blanc et vos verres.

Consultez le site de Pleasure House Oysters (en anglais) : https://pleasurehouseoysters.com/

Surf

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Brendan Petticrew, notre instructeur de WRV (Wave Riding Vehicles), le plus gros manufacturier de planches de la côte Est, sait bien lire les vagues et donner des directives claires.

Ce serait dommage de ne pas profiter des belles vagues de Virginia Beach pour monter sur un surf, que ce soit un « soft top » de débutant ou une planche de compétition !

Avec son fond sablonneux, ses courants modérés et ses vagues apprivoisables, c’est l’endroit parfait pour s’initier.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Virginia Beach est fort appréciée des surfeurs.

On apprend beaucoup de choses sur l’océan (et sur sa personne !) en bravant la houle, même si on ne réussit pas à se tenir debout sur son « véhicule » du premier coup !

Brendan Petticrew, notre instructeur de WRV (Wave Riding Vehicles), le plus gros manufacturier de planches de la côte Est, sait bien lire les vagues et donner des directives claires. Vous aurez les bras morts, du sable plein le maillot… et un grand sourire aux lèvres !

Consultez le site de l’école de WRV (en anglais) : https://www.waveridingvehicles.com/pages/camps-lessons

Une partie des frais de ce voyage ont été payés par Visit Virginia Beach, qui n’a exercé aucun droit de regard sur le contenu du reportage.