Source ID:; App Source:

Aquarium de Québec: populaire mais pas rentable

L'Aquarium de Québec a attiré plus de 400... (Photo fournie par l'Aquarium de Québec)

Agrandir

L'Aquarium de Québec a attiré plus de 400 000 visiteurs l'an dernier, soit une croissance de 22% sur 12 mois.

Photo fournie par l'Aquarium de Québec

L'Aquarium de Québec a attiré plus de visiteurs que jamais l'an dernier, atteignant la barre des 400 000 billets vendus. La progression importante de la fréquentation - en croissance de 22% sur 12 mois - reste toutefois insuffisante pour assurer la rentabilité de l'endroit.

Avec cette hausse, le taux d'autofinancement des activités de l'Aquarium s'est élevé à 85%, en 2011-2012, a confirmé à La Presse son directeur, Christian Zamuner. Le gouvernement du Québec a assumé les 15% restants et le service du paiement de la dette, une enveloppe qui s'est chiffrée à 4,7 millions pour la même période.

«La rentabilité est très difficile à atteindre pour ce genre d'attraction», a soutenu Christian Zamuner, affirmant que les attractions concurrentes au Canada et aux États-Unis, publiques, ne s'autofinancent qu'à 60% en moyenne dans les meilleures conditions.

N'empêche que l'Aquarium progresse dans la bonne direction, le taux de rentabilité n'était que de 57% lorsque la SEPAQ a été chargée d'en faire la gestion. Christian Zamuner se montre d'ailleurs assez optimiste d'atteindre le cap de 500 000 visiteurs qu'il estime nécessaire à l'autofinancement de l'Aquarium, à la condition que le projet de construction d'un pavillon consacré aux prédateurs aille de l'avant. «Ce serait difficile de progresser encore de 20% sans ajout», a-t-il insisté. La facture de cette nouvelle attraction serait d'environ 40 millions de dollars, mais son montage financier n'est pas encore défini. Le pavillon des profondeurs, inauguré en 2012, a coûté 8 millions. Québec l'a subventionné.

De manière générale, la division des réserves fauniques et celle des lieux touristiques gérés par la SEPAQ sont autosuffisantes financièrement, excluant les projets de préservation de la nature et les investissements en immobilisations. Le secteur des parcs ne l'est toutefois qu'à 60%. La société percevra, en 2012-2013, 54,8 millions en subventions du gouvernement du Québec.

Le déficit accumulé de la SEPAQ atteint maintenant 8,7 millions de dollars. Ni la SEPAQ ni l'Aquarium de Québec n'ont été en mesure de préciser la part de ce déficit relevant de l'Aquarium.




la boite: 1600176:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer