La guide nous attend à la gare Centrale. Vers 9h15 le groupe est complet et nous montons dans le train de banlieue à destination de Deux-Montagnes. Nous sommes 29 personnes à entreprendre cette escapade Vins et fromages. Des couples de tous âges, des duos mère-fille, des amis et même des touristes venant du Brésil et de la Roumanie. Environ la moitié d'entre nous en sont à leur première escapade en train. Les autres sont des habitués ayant déjà exploré jusqu'à six thématiques différentes.

Andrée Lebel LA PRESSE

Quand nous arrivons à la gare de Deux-Montagnes, un peu passé 10h, un autobus d'écoliers nous attend pour nous conduire au vignoble La Roche des brises, premier arrêt de la journée. Chemin faisant, nous découvrons la région, dont 70% du territoire est voué à l'agriculture. De jolies fermes, aménagées avec goût, sont entourées d'immenses champs de céréales et de légumes. Plusieurs affichent leur adhésion à la culture bio.

Parmi les 300 fermes des Basses-Laurentides, d'autres se consacrent à l'élevage, à l'horticulture, à la production d'huiles, etc. Les pommes sont aussi à l'honneur puisque la région compte plus de 300 000 pommiers.

Photo: David Boily, La Presse

Le chef Franco Barbusci, du vignoble La Roche des brises, avait préparé plusieurs délices pour les participants de l'escapade en train.

Loin, loin de la ville



Dans ce décor champêtre, parsemé de stands offrant des produits frais, nous oublions que nous sommes à moins d'une heure de Montréal. Et la surprise n'est pas moins grande d'y trouver un vignoble.

La Roche des brises, à Saint-Joseph-du-Lac, produit neuf vins, dont trois sont vendus dans les magasins de la SAQ. Tout en dégustant le Fourigole (vin blanc), Rosée du Matin (rosé), Maribriand et Sainte-Croix (deux vins rouges), nous améliorons nos connaissances sur la culture de la vigne et les différentes méthodes de vinification.

Les uns notent leurs observations, certains échangent entre eux ou font connaissance avec les autres membres du groupe. L'atmosphère est détendue, les questions sont nombreuses et tout le monde semble apprécier l'expérience.

Suit une dégustation des vins fortifiés (Dernière Danse et Eté indien). L'animatrice nous apprend que le vin Sire Parker (mistelle rouge) a été nommé en l'honneur du chien des propriétaires Gina Pratt et Jean-Pierre Bélisle, tandis que le Papou (mistelle blanc) fait référence au mot utilisé par les petits-enfants du couple pour s'adresser à leur grand-père.

Le dernier vin proposé à la dégustation suscite l'étonnement, car la plupart d'entre nous n'ont jamais goûté un vin de glace rouge. Celui de La Roche des brises est le seul du genre produit au Québec.

Le lunch (incluant un verre de vin) est ensuite servi dans la salle à manger du vignoble. Le chef Franco Barbusci nous a préparé plusieurs délices. Des plats raffinés, élégamment présentés, qui ont aussi la grande qualité de ne pas être lourds.

L'humeur est joyeuse et la conversation animée. On s'échange des recettes, un couple parle du mariage prochain de sa fille tandis que des grands-parents nous montrent les photos de leurs petits-enfants. Un repas très sympathique, avec des gens charmants.

Nous avons ensuite une demi-heure pour nous promener en toute liberté dans le vignoble qui compte 40 000 plants de vigne rustiques. Plusieurs en profitent pour se faire photographier dans ce magnifique paysage de collines. Vers 14h, nous reprenons l'autobus pour un trajet d'une dizaine de minutes qui nous mènera aux Fromages du verger, notre deuxième arrêt de la journée.

Photo David Boily, La Presse

L'arrêt à la bergerie est un moment de pur plaisir pour bien des participants.

Les fromages du verger



Les propriétaires du domaine, Michel Guérin et Brigitte Maillette, nous accueillent chaleureusement. Ces deux scientifiques ont quitté leur emploi dans l'industrie pharmaceutique pour se consacrer à l'agriculture en 2007. Ils ont l'enthousiasme de ceux qui aiment ce qu'ils font. En plus d'exploiter un superbe verger, ils font aussi l'élevage de brebis et fabriquent des fromages fins. Un membre du groupe veut savoir combien d'heures de travail par semaine cela représente. «L'agriculture est un mode de vie et non un travail. Nous faisons ce qu'il faut, sans compter les heures», explique Michel Guérin. À voir la passion qui l'anime, nous n'en doutons pas un instant.

Il nous invite ensuite à monter dans son trailer pour une visite du verger. Une balade très agréable au cours de laquelle il nous parle de l'entretien du verger, des caractéristiques des différentes variétés de pommes (il en cultive 14 variétés), de la qualité exigée sur le marché et de sa collaboration avec des agronomes pour la gestion intégrée des pesticides. Tout en croquant dans des pommes fraîchement cueillies (la Vista Bella est déjà à point), nous admirons le magnifique verger, situé sur le plus haut sommet de Saint-Joseph-du-Lac, un peu plus élevé que le mont Royal.

L'arrêt à la bergerie est un moment de pur plaisir pour bien des participants qui s'amusent à échanger des bêbêbê avec les brebis. Est-ce qu'une brebis est un mouton? se demandent certains. Nous savons maintenant que l'appellation mouton regroupe les béliers (mâles), les brebis (femelles) et les agneaux (jeunes). Les brebis laitières élevées aux Fromages du verger fournissent le lait nécessaire à la production des fromages d'un goût délicat.

Brigitte Maillette nous explique ensuite les méthodes de fabrication de ses fromages, l'origine de leur nom, comment les servir ou les incorporer à certains plats. On peut goûter au Louché (fromage frais à tartiner), excellent sur du pain aux noix; au Pommé, fromage à pâte ferme; au Bohème, qui est un tomme de brebis; et au savoureux Brebichon (sa version du Robichon). Ces produits fins, vendus sur place, sont aussi en vente dans quelques fromageries de la région métropolitaine, dont le marché Jean-Talon.

Après presque deux heures, qui nous ont paru bien courtes, l'autobus nous ramène à la gare de Deux-Montagnes. Pendant le retour en train, l'ambiance est festive. Les participants partagent leurs découvertes, commentent leurs achats de vins et fromages, qu'ils ont bien hâte de déguster. L'escapade se termine quand le train rentre à la gare Centrale, à 17h23. «Comme je suis contente d'avoir pris une journée de congé!» répète une participante visiblement comblée par l'expérience.

La dégustation de produits de chez nous est l'un des attraits des escapades en train.

Photo: David Boily, La Presse

Visite de Les fromages du verger. Les visiteurs font un petit gouté des fromages.

Escapades pour tous les goûts

Les escapades en train sont offertes en collaboration avec l'Agence métropolitaine de transport (AMT) et les associations touristiques des régions visitées. Regroupées selon différents thèmes - gourmandes, exotiques, champêtres, historiques, etc. -, elles sont offertes du printemps (cabane à sucre) jusqu'à la fin de l'automne. Toutes comprennent l'aller-retour en train et certaines incluent le repas du midi. C'est le cas entre autres des populaires escapades gourmandes. Voici un aperçu des escapades des prochaines semaines.

Balade du paysan

Visite du vignoble du Marathonien suivie d'une balade sur les lieux du Lavandou après le lunch à la Brasserie Saint-Antoine-Abbé. Les mercredis 1er, 8, 15 et 22 septembre. Coût par adulte: 74$. Comme pour toutes les autres excursions, il y a des prix réduits pour les enfants ainsi que pour les personnes de 65 ans et plus.

Vins et fromages

Dégustations de vins à La Roche des brises (Saint-Joseph-du-Lac) ou au vignoble La Rivière du Chêne (Saint-Eustache). Après le lunch au restaurant du vignoble, visite commentée du domaine Les Fromages du verger et dégustation de fromages. Les mardis 24 août, 14 et 21 septembre. Coût: 75$.

Chemin du Terroir

Le Domaine Lafrance accueille les visiteurs à sa cidrerie (15 variétés de cidre). Dégustation, visite du verger et dîner gastronomique. En après-midi, visite du domaine Pure Lavande. Les vendredis 3, 10, 17 et 24 septembre. Coût: 75$.

Pommes en train

Chaque année, la cueillette a lieu dans un des nombreux vergers des Basses-Laurentides. Apportez votre pique-nique et revenez avec un sac de pommes. Pour bien des familles, cette escapade est une tradition. Les samedis 4, 11, 18 et 25 septembre; 2 et 9 octobre. Coût: 29,50$.

Courges en train

La citrouille est révélée sous tous ses angles au Centre d'interprétation de la courge à Saint-Joseph-du-Lac. Apportez votre lunch et rapportez votre citrouille. Les samedis 2, 9 et 16 octobre. Coût: 29,75$.

Express du musée

Visite du Musée ferroviaire canadien qui compte environ 150 véhicules. En plus d'admirer les trains, on peut monter à bord et faire des tours. Aire de pique-nique. Les dimanches 22 août, 19 septembre et 28 novembre. Forfait famille: 35$.

Infos: amt.qc.ca/escapades

Réservations: 514-287-7866

Photo: David Boily, La Presse