En langage inuktitut, Salluit signifie «les gens minces». Mais pour Elisapie Isaac, le village du Grand Nord rimera toujours avec enfance.

Stéphanie Morin LA PRESSE

«J'ai vécu 21 ans là-bas avant de partir. On passait nos hivers au village, mais chaque printemps, on quittait tout pour aller nous installer dans notre camp d'été.», se souvient la chanteuse d'origine innue, qui a été adoptée et a grandi dans la culture inuite. «On partait en ski-doo sur une glace tellement mince qu'elle était bleue. On traînait un canot et toutes les provisions pour de longs mois.»Dans l'île de Qikirtaq, dans l'embouchure du fjord de Salluit, les Inuits étaient nombreux à se rassembler pour la saison estivale. «Cet endroit était un pur bonheur pour chasser, pour pêcher. On faisait sécher la viande de bélugas et la chair des poissons. Et on était toujours les premiers à voir arriver les bélugas dans la baie d'Hudson ! On était chanceux.»

Depuis 12 ans, la vie d'Elisapie Isaac se passe dans le Sud. Mais elle retourne souvent au Nunavik. Elle était à Salluit en avril en compagnie du cinéaste Francis Leclerc, pour tourner le vidéoclip de la chanson Moi, Elsie (tirée de son album There Will Be Stars).

«Je vais à Salluit aussi souvent que possible, surtout depuis la naissance de ma fille, Lili Alacie. Elle a 4 ans et déjà, elle y est allée trois fois ! On y va ensemble toutes les deux ; c'est comme notre "resort" ! Un jour, j'aimerais bien avoir ma cabane à moi là-bas. L'été, c'est tellement beau. On passe du temps au port ou à la plage. Il y a toujours des familles qui arrivent en canots. L'an dernier, il a fait tellement chaud que je me suis baignée dans un petit lac. Il a fait 30 degrés pendant trois jours... C'est fou.»

Lors de ses voyages, elle fait toujours un arrêt à la COOP, le magasin qui approvisionne le village. «Mon père Elaijah y a travaillé pendant 25 ans. Je passais beaucoup de temps avec lui, à l'aider. Il y avait toujours quelque chose à faire. Encore aujourd'hui, c'est l'endroit où aller pour s'informer de ce qui se passe. On y trouve de tout, des fusils à la lingerie ! Et il y a souvent de l'artisanat inuit à vendre.»

Et l'île de son enfance ? Elle est moins fréquentée par les Inuits - «d'autres endroits sont devenus plus populaires !» -, mais davantage par les archéologues. «Les Dorset et les Inuits ont habité ce territoire 800 ans avant Jésus-Christ... Sur les sites, les archéologues ont trouvé beaucoup d'outils, mais aussi un masque d'ivoire sculpté, très beau. Il confirme qu'il y a longtemps, les Inuits avaient déjà un sens artistique et artisanal.»

Le Nunavik d'Elisapie Isaac

1 Le trou aux moules : dans l'île au large de Salluit. «À marée basse, on peut cueillir des moules qu'on mange crues. On est entouré de montagnes, c'est merveilleux. Tout le monde est silencieux. La grande paix.»

2 Tivi : «On peut acheter de belles choses dans ce magasin de Kuujjuaq, dont des sculptures, des gravures, des vêtements traditionnels inuits.» www.tivinunavik.com

3 Nunavik Creations : «Une autre boutique de Kuujjuaq, plus moderne, où j'aime beaucoup aller, surtout pour les vêtements.» www.nunavikcreations.com

4 Pitsituuq Smoke Plant à Puvirnituq : «Qalingo Tookalak y fait le meilleur omble chevalier fumé de l'Arctique. J'en achète des tonnes que j'offre en cadeaux.»

5 Parc national des Pingualuit : «Un endroit spectaculaire où on peut voir un immense cratère formé par un météorite.» www.parcsnunavik.ca