Victor a seulement 13 mois. Il est trop jeune pour l'heure du conte ou le théâtre. Mais pas pour aller au musée McCord, où une activité mensuelle s'adresse aux poupons. Comme quoi il n'est jamais trop tôt pour s'initier à la culture.

Martine Bouliane, collaboration spéciale LA PRESSE

Chaque dernier mercredi du mois, le musée d'histoire canadienne, situé rue Sherbrooke, dédie un après-midi aux enfants de moins de 18 mois. Le parent accompagné de son bébé peut entrer gratuitement au musée.Lors de l'activité d'avril, dès 13h, les poussettes se pressaient au comptoir d'accueil. Certains petits terminaient leur sieste. D'autres exploraient le hall d'entrée. Avec l'activité animée par un guide et les coffres aux découvertes à dépouiller avec leurs parents, les petits allaient avoir de quoi s'amuser.

Quoi faire avec de si jeunes poupons? En fait, pas mal de choses. Victor et moi avons rejoint la guide dans l'exposition Mots mêlés de Munsch, dédiée à l'imaginaire de l'auteur canadien. Comble de bonheur, on pouvait toucher à tout.

L'activité animée ce jour-là consistait à peindre avec... du Jello. Préparer une telle activité pour son bébé à la maison, au risque de tout salir pour trois minutes de jeu, peut sembler une entreprise démesurée. Mais au musée, devant les pots de différentes couleurs, on ne peut résister à l'essayer. Ainsi, Victor a réalisé sa toute première oeuvre à vie. Avec un bon coup de main, bien sûr. «Sens le Jello», l'encourage la guide, Nathalie Perron, en ramenant le pinceau coloré de la mixture bleue sucrée vers son nez.

Il n'en fallait pas plus pour que notre petit curieux culinaire, vêtu d'un long tablier de plastique jaune, n'ait plus qu'une fixation: goûter cette bonne peinture qui donne un résultat très respectable sur le papier.

Après avoir bien peint, nous sommes partis à la découverte des coffres aux trésors. Au nombre de sept, ils sont dispersés dans l'exposition permanente Simplement Montréal. «L'objectif, c'est de stimuler les sens et les capacités motrices des tout-petits. On s'est inspirés d'activités créées pour cette clientèle par l'Association des musées américains», note Émilie Laurencelle-Bonsant, agente des communications au musée, qui offre l'activité depuis trois ans.

Les bébés peuvent sentir des herbes sacrées amérindiennes telles que la sauge et le cèdre, toucher des vêtements d'autrefois ou observer les formes projetées sur le mur grâce à une lanterne magique. Dans chacun des coffres, un texte explicatif suggère au parent une activité de stimulation à faire avec son petit.

Ce que Victor a préféré, c'est d'accompagner une musique traditionnelle autochtone à l'aide d'un tambour amérindien et d'un hochet. Un jeu qui l'aura captivé relativement longtemps. Il a visiblement apprécié de toucher les différentes fourrures animales, celle douce du lynx ou celle rude au toucher du cerf.

À mon grand étonnement, même entre nos déplacements d'un coffre aux découvertes à l'autre, il semblait captivé par ce qu'il voyait. Un nouveau monde à explorer qui ne ressemblait en rien à la maison.

Une vingtaine de poupons étaient accompagnés d'un adulte pour participer à cet après-midi d'activités, dont une importante proportion d'anglophones. «Les gens s'organisent souvent à deux ou trois parents pour se rencontrer ici, mais certains viennent seuls. C'est l'occasion pour eux d'échanger. Ils peuvent aussi en profiter pour visiter gratuitement les expositions du musée», dit Mme Perron.

Les adultes apprécieront de jaser avec d'autres parents et d'avoir une nouvelle activité intéressante offerte sur un plateau d'argent à faire avec leur petit. Pour les enfants, c'est l'occasion de découvrir de nouveaux lieux, de nouveaux jouets et de côtoyer d'autres poupons.

Victor a ainsi pu faire de - brèves - rencontres avec Naomi et Alexa. Déjà, vers 15 h, ses paupières se sont faites plus lourdes. C'était l'heure de faire une courte sieste. Un mal nécessaire pour un tout-petit qui venait de vivre un après-midi de grandes découvertes.

www.musee-mccord.qc.ca

Tél. : 514-398-7100