Ancienne école de foresterie, Duchesnay a changé de vocation à la fin des années 90 pour devenir, sous la direction de la SEPAQ, un centre de villégiature quatre saisons. En peu de temps, la société d'État a réussi à transformer ce site bordant le lac Saint-Joseph en un lieu où l'on ne s'ennuie jamais en hiver. Car, ici, des activités pour toute la famille, en veux-tu, en voilà!

Mis à jour le 13 févr. 2009
Simon Diotte, collaboration spéciale LA PRESSE

Avant de m'y rendre pour la première fois, je savais très peu de choses de l'endroit. Cependant, ce que j'y ai découvert m'a vraiment séduit. Située à une trentaine de kilomètres de Québec, dans la municipalité de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, patelin de l'écrivaine Anne Hébert, Duchesnay est une station touristique aux multiples facettes. On y trouve une auberge, des chalets sur les berges et des pavillons rustiques recyclés pour l'hébergement.

 

Située sur un promontoire, l'auberge offre, du hall, du restaurant gastronomique et de toutes les chambres (48 au total), des vues surplombant le lac Saint-Joseph, un immense plan d'eau de 7 km de long, que l'on surnomme à Québec le «lac des millionnaires» en raison du prix exorbitant des propriétés riveraines. À l'intérieur, les poutres en bois apparentes et les foyers créent une atmosphère qui invite à la détente et à la contemplation. Un endroit idéal pour décrocher.

Mais la principale raison de se rendre à Duchesnay, ce n'est pas pour relaxer à l'intérieur, c'est pour s'amuser dehors. Les sportifs se donnent rendez-vous au pavillon Horizon, à cinq minutes de marche de l'auberge par un sentier. C'est là que se situe le point de départ des pistes de ski de fond (70 km de sentiers au total) et de raquette (20 km) qui serpentent à travers une forêt protégée de 89 km2.

Comme dans un Club Med, les animateurs de la station organisent de multiples activités. La visite historique de la cabane à sucre, le géocaching en raquette, la randonnée aux flambeaux, le tir à l'arc, le patin et la glissade sur tube constituent quelques-unes des activités offertes par la SEPAQ. Grâce aux partenaires in situ, les touristes peuvent également tâter du traîneau à chien, faire une excursion guidée en motoneige dans la vallée de la Jacques-Cartier, taquiner le poisson sous la glace et se détendre au Tyst Trädgard, un spa scandinave aux abords du lac.

Hôtel de glace

Et ce n'est pas tout. Jusqu'à la fin mars, on peut également visiter le majestueux Hôtel de glace, une attraction dont la popularité ne se dément pas année après année. L'an dernier, ce monument de neige et de glace a connu une hausse de 40 % du nombre de ses visiteurs.

Chaque hiver, cet hôtel éphémère, dont la construction nécessite 15 000 tonnes de neige et 500 tonnes de glace, s'incarne sous une nouvelle forme. Les visiteurs peuvent siroter un verre au Bar de glace d'inspiration gothique, déguster un breuvage chaud au Café glacé, s'amuser dans la glissoire du Grand Hall, se marier (pourquoi pas!) à la Chapelle (déjà 25 mariages sont au programme) et jeter un coup d'oeil dans les 36 chambres et suites de l'hôtel, aucune n'étant identique.

Pour y passer la nuit, il faut débourser au moins 200$ par personne. Une cour intérieure, avec spa extérieur et sauna, permet aux hôtes de se réchauffer avant de se glisser dans leur sac de couchage. À l'intérieur, nous assure-t-on, la température ne descend jamais sous les -5 degrés, grâce à l'isolation que procurent les murs de neige d'une épaisseur de quatre pieds. Prêt à vivre l'aventure?