Recherche Voyage
Source ID:; App Source:

Le vol libre en toute sécurité à Laval

Un simulateur de chute libre ouvrira ses portes... (Photo: Skyventure)

Agrandir

Un simulateur de chute libre ouvrira ses portes en mars 2009 au Centropolis, à Laval, juste à côté du cinéma Colossus.

Photo: Skyventure

Simon Diotte
La Presse

Les amateurs de parachutisme sont aux anges. En mars 2009, un simulateur de chute libre ouvrira ses portes sur le site du Centropolis, à Laval, juste à côté du cinéma Colossus. Monsieur et Madame Tout-le-monde pourront ainsi s'initier à l'expérience du vol libre, sans le stress de sauter dans le vide à 1254 mètres (13 500 pieds) d'altitude en parachute.

L'idée d'ouvrir un simulateur de chute libre, qu'on appelle dans le jargon du métier un tunnel à soufflerie verticale, germe dans la tête d'Alain Guérin depuis le début des années 2000. «Quand j'ai commencé, dans la cinquantaine, ma formation pour devenir parachutiste, j'étais ultranerveux, surtout quand je me comparais aux jeunes. Je cherchais donc une méthode pour m'entraîner de façon différente dans un environnement plus sécuritaire», explique M. Guérin, instigateur et président-directeur général de SkyVenture Laval-Montréal.

 

C'est alors qu'il découvre le système de SkyVenture, une société américaine qui exploite plusieurs souffleries à travers le monde (Moscou, Abou Dhabi, Brésil, etc.). «Quand j'ai testé le tunnel à Orlando, j'ai eu immédiatement le coup de foudre», dit le comptable de formation. Tellement qu'il a acheté une licence pour exploiter une soufflerie au Québec!

Mais avant d'implanter cette technologie sous nos cieux nordiques, il y avait plusieurs obstacles à surmonter, dont le problème du froid. «En Floride, ils puisent leur air à l'extérieur pour la souffler, mais impossible de faire la même chose au Québec en hiver», explique M. Guérin. Conscient du problème, SkyVenture a mis au point un système d'air «recirculatoire». Quelques modèles, dont un au New Hampshire, utilisent déjà cette technologie. «Toutefois, celui de Laval sera le plus avancé au monde», dit M. Guérin. Et il s'agira du premier complexe SkyVenture au Canada.

Une invention québécoise

C'est le Québécois Jean Saint-Germain qui a créé le premier simulateur de vol libre au monde dans les années 80. L'Aérodium - c'était son nom - était en fonction à Saint-Simon, en Montérégie, et avait acquis une certaine notoriété quand Pierre Lambert, le héros dans la série Lance et Compte, y fit quelques voltiges dans un épisode.

Cependant, ce simulateur a fermé, puis les projets de le faire renaître au Québec par le comédien Guillaume Lemay-Thivierge n'ont pas encore abouti. La société américaine SkyVenture a repris le même concept en y apportant d'importantes améliorations. «C'est maintenant complètement sécuritaire et beaucoup plus performant», assure M. Guérin, que La Presse a rencontré sur le chantier de construction au Centropolis.

Grâce à quatre moteurs de 350 chevaux-vapeur qui aspirent les utilisateurs à la manière d'un aspirateur, ce tunnel de 14 pieds de diamètre reproduit quasi parfaitement la sensation d'une chute libre. Tous les gens âgés de 4 ans et plus y auront accès. «On prévoit que 80 % de notre clientèle sera familiale et corporative. Des salles de réunions seront aménagées pour fêter un anniversaire ou organiser une journée de récompense pour les employés d'une entreprise», explique Pierre-André Gauthier, vice-président, développement des affaires corporatives et touristiques de SkyVenture Laval-Montréal.

Les parachutistes d'expérience composeront le reste de la clientèle. Ils se serviront du simulateur pour parfaire leur technique de vol libre 12 mois par année. Jonathan Dionne, employé saisonnier chez Parachutisme Adrénaline, une compagnie qui organise des sauts à Saint-Jérôme et Trois-Rivières, ne cache pas son enthousiasme face à l'ouverture prochaine d'une soufflerie au Québec.

«C'est sûr que je vais acheter du temps. L'entraînement en tunnel est très formateur, car les murs servent de repères, ce que nous ne disposons pas dans le ciel», dit-il. Même son de cloche de son collègue instructeur Jean Nicolas, qui a déjà testé la technologie SkyVenture aux États-Unis. «Ça réagit exactement de la même façon qu'en vraie chute libre», confirme-t-il.

Le parachutisme a le vent dans les voiles depuis quelques années grâce à l'apparition du saut en tandem permettant aux néophytes de sauter, en toute sécurité, avec un instructeur. Les écoles de parachutisme espèrent que le simulateur va inciter encore plus de gens à pratiquer cette activité riche en émotion.

 




la boite: 1600176:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer