Recherche Voyage
Source ID:; App Source:

Train: New York en piano-bar roulant

Parce qu'en plus de New York, M. Rebello... (Photo Mark Lennihan, AP)

Agrandir

Parce qu'en plus de New York, M. Rebello aimerait aussi exploiter un train de nuit entre Montréal et Boston, deux villes qui ne sont actuellement pas desservies par un lien ferroviaire passager.

Photo Mark Lennihan, AP

Sylvain Larocque
La Presse

L'ex-député François Rebello souhaite toujours faire revivre le train de nuit entre Montréal et New York. Mais en attendant que son rêve se réalise, il lance un autre projet: des voyages à New York à bord d'un train aménagé en piano-bar!

L'ex-député François Rebello souhaite toujours faire revivre le... (Photo fournie par Train Hôtel) - image 1.0

Agrandir

Photo fournie par Train Hôtel

«En train, on ne voit pas passer le temps, soutient M. Rebello. Entre Montréal et New York, le paysage est magnifique et ce sera encore plus agréable avec de la musique live

Le voyage sera tout de même long: le train partira de Montréal le vendredi à 10h20 pour une arrivée à New York à 21h10, soit une durée de près de 11 heures. Au retour, le départ se fera à 8h15 pour une arrivée peu avant 19h.

Les habitués du train Adirondack d'Amtrak auront reconnu l'horaire. Et pour cause: les voyages organisés par François Rebello s'effectueront à bord d'une voiture privée qui sera attachée au train d'Amtrak.

Pour l'instant, trois voyages sont prévus: du 20 au 22 mars (en compagnie de l'animateur Philippe Fehmiu), du 27 au 29 mars et du 3 au 6 avril (Pâques avec le comédien Jean-François Casabonne). Le prix? Environ 400$ aller-retour, ce qui comprend les repas, mais pas les taxes. En classe économique avec Amtrak, les tarifs aller-retour oscillent entre 90 et 145$ US (taxes incluses).

Rappelons qu'un train de nuit, le Montrealer, a relié la métropole québécoise à New York de 1972 à 1995. On y trouvait un piano-bar baptisé Le Pub. M. Rebello promet que les profits de ses périples musicaux seront réinvestis dans son projet de train de nuit. Alors qu'il était député, il avait tenté de convaincre le gouvernement du Québec et Amtrak d'embarquer dans cette ambitieuse aventure, mais sans succès.

«Contrairement à ce que je pensais à l'époque, je ne crois plus qu'une subvention soit nécessaire», affirme François Rebello. Devenu entrepreneur, il a recruté des investisseurs et fondé l'entreprise Train-Hôtel. Il a obtenu plusieurs appuis politiques, dont celui du maire Denis Coderre et des représentants des États de New York et du Massachusetts.

Parce qu'en plus de New York, M. Rebello aimerait aussi exploiter un train de nuit entre Montréal et Boston, deux villes qui ne sont actuellement pas desservies par un lien ferroviaire passager.

Depuis des mois, l'homme d'affaires négocie des droits d'accès avec le Canadien National, le Canadien Pacifique et le chemin de fer Saint-Laurent&Atlantique, qui relie Saint-Hyacinthe à Portland, dans le Maine. «Les compagnies privilégient le transport de marchandises, alors il faut se plier à leurs conditions et ce n'est pas simple», explique-t-il. Sans compter qu'il faudra aussi trouver des fonds pour financer les améliorations à apporter à certaines voies.

François Rebello espère néanmoins inaugurer son premier train de nuit d'ici un an.

train-hotel.ca




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600176:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer