Une petite incursion à Yosemite à partir de San Francisco ou dans le cadre d'un tour de la Californie? Bonne idée! Mais gare aux plans improvisés.

Sylvain Sarrazin LA PRESSE

Le logement

Voici la partie épineuse à ne pas négliger, car le parc, qui abrite un nombre limité d'infrastructures, est pris d'assaut chaque année. En haute saison, de juin à septembre, les possibilités de dormir au sein même de la vallée, voire du parc entier, sont quasi inexistantes sans réservation très précoce (souvent de plusieurs mois). Les solutions? Pour les campeurs, plusieurs sites fonctionnent selon la règle «premier arrivé, premier servi», avec tous les risques que cela suppose. Le jour même, on peut composer le 209 372-0266 pour s'informer des éventuelles disponibilités. Selon nous, la meilleure solution pour les arrivées tardives demeure de réserver un camping, un motel ou un lodge à proximité de l'une des entrées du parc; le long des routes 120 ou 140, à l'ouest, par exemple. Ce qui nécessitera une heure d'auto environ pour atteindre la vallée.

Pour un aperçu en temps réel des places de camping disponibles: www.recreation.gov

Les déplacements

Pour rejoindre la vallée et se déplacer facilement aux quatre coins du parc, la location d'une auto est très chaudement recommandée. Une fois dans la vallée, louer un vélo ou emprunter les navettes gratuites (qui bénéficient de voies réservées) constitue une excellente stratégie pour éviter de rester englué dans la circulation.

Concernant les points de chute, les aéroports de San Francisco ou de San Jose, à 300 km environ, permettront de commencer l'exploration par l'ouest du parc. Reno (à 330 km) est une solution de rechange qui permettra d'attaquer le voyage par l'est et la spectaculaire route de Tioga.

L'équipement

Hormis les montagnes, ce qui impressionne le plus les visiteurs de Yosemite reste... la variation de la température.

En effet, si le mercure peut grimper jusqu'à 30 degrés ou plus pendant l'été, il redescend de façon significative une fois la nuit tombée. Surtout, il est impératif de ne pas négliger l'altitude, facteur

Photo Sylvain Sarrazin, La Presse

Louer une auto, une excellente idée.

déterminant dans le choix du logement si on dort sous tente. Les sites haut perchés ou exposés aux vents (et nous y avons goûté!) promettent des nuits glaciales.

Au cours des randonnées menant à certains sommets, même en journée, il est conseillé de se munir d'un vêtement chaud ou d'un coupe-vent.

Prévoir 20$ par véhicule pour accéder au parc (billet valide une semaine).