À deux heures de Montréal, le petit village de Waterbury, 5000 âmes, est une excellente escale sur la route Montréal-Boston ou Montréal-Maine, voire une destination en soi. Voici deux établissements qui justifient un arrêt.

Ève Dumas LA PRESSE

Prohibition Pig

Si vous pensez que vous n'aimez pas la bière, le Prohibition Pig vous fera changer d'idée, avec ses 24 produits de microbrasseries en fût et au moins le triple en bouteilles. Question de favoriser la découverte, le bar offre la possibilité de commander des demi-verres. Lost Nation, Dogfish Head, Hill Farmstead, Lawson's Finest Liquids ne sont que quelques-unes des brasseries dont on peut goûter les surprenantes bières.

Les "geeks" savent qu'ils peuvent se rendre au resto-bar de Waterbury pour boire (en cannette ET en fût!) la mythique double IPA américaine Heady Topper, brassée à environ 1 mile au nord du village. Prohibition Pig est d'ailleurs situé dans l'édifice qui abritait la brasserie jusqu'à ce que la tempête Irene inonde le centre-ville, en 2011. Une dizaine d'anciens employés de The Alchemist sont revenus travailler au nouvel établissement, assurant qualité et continuité.

Du reste, le propriétaire Chad Rich a créé un lieu agréable, dont l'offre est assez vaste et de qualité pour que les locaux ne s'en lassent jamais et que les visiteurs aient envie de revenir. Ce passionné ne fait rien à moitié. Il peut discourir longuement sur chacune des bières qu'il choisit et sur les producteurs locaux qu'il soutient. Comme son père, qui l'a initié aux vrais barbecues à la faveur de voyages divers, il voue un culte à la cuisine du sud des États-Unis. Ce sont d'ailleurs les plats les plus emblématiques de cette roborative gastronomie qui se retrouvent au menu du Prohibition. Et ils sont très réussis, avec toute la friture que cela implique. Croquettes de fromage pimento, poulet frit et petits pains au babeurre, chopped pork (le cousin du fameux pulled pork), sandwich à la poitrine de boeuf (brisket), burgers, sauces barbecue, etc.

Évidemment, on sort de table en roulant.

23, South Main St., Waterbury, 802-244-4120, sans réservation

Photos Anne Gauthier, La Presse

Les plats du Prohibition Pig accompagnent très bien une des nombreuses bières en fût offertes dans ce restaurant.

Hen of the Wood

De la sortie pour Waterbury sur la 89, on peut apercevoir les lumières de Hen of the Wood à travers les arbres. Mais si on n'est pas au fait de l'existence de ce restaurant magique, on passera tout droit et on passera surtout à côté d'une très belle soirée.

«Celebrating Vermont's Farms», clame le restaurant établi à Waterbury depuis 2005. Situé dans un ancien moulin, l'arrière du restaurant et sa terrasse donnent sur le torrent qui autrefois faisait tourner la roue du moulin. À l'intérieur, l'éclairage est chaleureux. Au centre de la pièce, on a installé une grande table pour six à huit personnes dans le renfoncement qui devait accueillir les meules. Les autres tables sont disposées tout autour, avec une cuisine ouverte et bien grouillante d'un côté.

Au menu: un maximum de produits de saison, cultivés, élevés dans les environs et cuisinés sans chi-chi par le chef Eric Warnstedt. Autrefois exclusivement américaine, la carte des vins montée au fil des années par le sommelier William McNeil est maintenant principalement composée de vins de petits producteurs européens, dont plusieurs travaillant avec une approche très naturelle. Quelques crus de Californie et d'Oregon apparaissent ici et là.

À la fin du mois de septembre, l'équipe de Hen of the Wood se lance dans une nouvelle aventure, avec l'ouverture d'un deuxième restaurant d'environ 100 places dans le nouvel Hotel Vermont, à Burlington. Une autre excellente raison de faire un saut chez les voisins du sud!

92, Stowe St., Waterbury, 802-244-7300, réservations recommandées

Photos Anne Gauthier, La Presse

Au centre du restaurant Hen of the Wood, on a installé une grande table dans le renfoncement qui devait accueillir les meules