• Accueil > 
  • Techno > 
  • Internet 
  • > Contenus haineux: deux associations françaises poursuivent Twitter, YouTube et Facebook 
Source ID:; App Source:

Contenus haineux: deux associations françaises poursuivent Twitter, YouTube et Facebook

L'Afghanistan demeure un pays majoritairement rural, mais les... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

L'Afghanistan demeure un pays majoritairement rural, mais les grandes villes abritent plus de 8,5 millions d'internautes, surtout présents sur les réseaux Twitter et Facebook, souvent les principaux moyens de communication - avant le courrier électronique ou le téléphone.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

L'Union des étudiants juifs de France et SOS Racisme vont assigner en justice Twitter, YouTube et Facebook pour non-respect de leurs obligations de modération légales qui imposent aux hébergeurs de supprimer dans un délai raisonnable les contenus manifestement illicites.

Des militants de ces deux associations et de SOS Homophobie ont réalisé du 31 mars au 10 mai «le premier signalement de masse des réseaux sociaux en pointant 586 contenus racistes, antisémites, négationnistes, homophobes, faisant l'apologie du terrorisme ou de crimes contre l'humanité», détaillent les trois organisations dans un communiqué publié dimanche.

Or, «sur ces 586 contenus haineux signalés, seuls 4% ont été supprimés sur Twitter, 7% sur YouTube et 34% sur Facebook», précisent-elles.

L'Union des étudiants juifs de France (UEJF) et SOS Racisme «assigneront en référé devant la justice française les trois plateformes pour comprendre les raisons du non respect de leurs obligations légales» qui imposent aux hébergeurs de «supprimer dans un délai raisonnable les contenus manifestement illicites, et de les signaler au Parquet», annoncent les deux associations.

«Le mystère qui plane sur le fonctionnement des équipes de modération des réseaux sociaux empêche toute avancée sérieuse dans la diminution des messages racistes et antisémites», déplore Sacha Reingewirtz, président de l'UEJF.

Pour Dominique Sopo, président de SOS Racisme, «ces plateformes semblent plus choquées par des morceaux de seins nus, promptement censurés, que par des incitations à la haine envers des personnes ou des groupes de personnes. Notre action en justice vise à faire appliquer un droit auquel elles doivent maintenant pleinement se soumettre».




la boite: 4391933:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer