Source ID:; App Source:

Nouvelle-Zélande: Kim Dotcom se lance en politique

Kim Dotcom... (Photo archives Reuters)

Agrandir

Kim Dotcom

Photo archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Wellington

Le fondateur de Megaupload.com, Kim Dotcom, dont les États-Unis réclament l'extradition, a lancé jeudi un nouveau parti politique en Nouvelle-Zélande, où il est en liberté conditionnelle, avant les élections nationales de septembre.

Le Parti de l'internet «est un mouvement pour la liberté de l'internet et de la technologie, pour le respect de la vie privée et les réformes politiques», a déclaré l'homme, de nationalité allemande et âgé de 40 ans.

Kim Dotcom, de son vrai nom Kim Schmitz, se bat depuis plus de de deux ans contre la demande d'extradition de la justice américaine, qui l'accuse d'avoir frauduleusement amassé 175 millions de dollars américains (127 millions d'euros) en proposant des copies piratées de films de cinéma, de programmes télévisés et d'autres contenus, via son site de partage de fichiers Megaupload.

Arrêté en janvier 2012 après un raid lancé contre sa splendide demeure à Auckland, à la demande du Département de la justice des États-Unis et du FBI, il avait été remis en liberté provisoire.

Le Parti de l'internet est pour les citoyens qui «n'ont jamais voté auparavant, qui ont été déçus par le vote ou qui n'aiment pas le choix actuel», a ajouté l'homme d'affaires.

Les flonflons de son début de campagne ont cependant été noyés par des révélations de presse, indiquant que Kim Schmitz possédait un exemplaire signé du pamphlet d'Adolf Hitler «Mein Kampf».

Kim Schmitz a nié toute sympathie nazie et souligné qu'il possédait plusieurs objets symboliques de la Deuxième Guerre mondiale: un porte-cigares ayant appartenu à Winston Churchill et un stylo autrefois propriété de Joseph Staline.

L'homme d'affaires est réputé pour son style de vie extravagant. Il vivait jusqu'en janvier 2012 dans son «Dotcom mansion» (manoir Dotcom) près d'Auckland, où la police a saisi entre autres une Cadillac rose de 1959 et une Rolls Royce Phantom, ainsi que des oeuvres d'art de prix.

L'audience sur son extradition a été repoussée à maintes reprises et est désormais prévue au 7 juillet prochain.




Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer