(Lausanne) La nageuse australienne Shayna Jack a été suspendue pendant deux ans pour dopage accidentel, sa sanction expirant quelques jours avant le début des Jeux olympiques de Tokyo.

Associated Press

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a révélé que son juge avait conclu que « Jack n’avait pas ingéré intentionnellement du ligandrol et a considéré qu’elle s’était déchargée de son fardeau de prouver que la violation des règles antidopage n’était pas intentionnelle. »

Jack a enregistré un test positif pour l’agent anabolisant avant les championnats du monde 2019. Un tribunal sportif australien avait précédemment recommandé une suspension de quatre ans avant que le TAS ne se saisisse de l’affaire.

« INNOCENTE », a écrit Jack sur son compte Instagram. « J’ai prouvé que je n’ai jamais triché ni utilisé des substances interdites intentionnellement ou sciemment. … Par conséquent, j’accepte cette décision avec une attitude positive et avec gratitude que ma carrière de nageuse reprenne l’année prochaine. »

Un appel est désormais possible auprès d’un panel distinct du TAS. L’Agence mondiale antidopage peut choisir de déposer une plainte demandant une suspension plus longue.

La nageuse de 22 ans, quadruple médaillée en relais aux championnats du monde 2017, ne pourra pas concourir jusqu’au 11 juillet 2021. Les Jeux olympiques de Tokyo ouvriront moins de deux semaines plus tard.