(Paris) Deux sprinteuses américaines, dont Deajah Stevens, finaliste olympique du 200 m, ont été suspendues provisoirement pour manquements à leurs obligations de localisation antidopage, a annoncé l’Unité d’intégrité de l’athlétisme (AIU) vendredi.

Agence France-Presse

Deajah Stevens, âgée de 24 ans, avait terminé 7e des derniers Jeux olympiques à Rio en 2016 et 5e des Mondiaux de Londres en 2017, année où elle avait été sacrée championne des États-Unis.

PHOTO DAVID J. PHILLIP, AP

L’Américaine Deajah Stevens lors des qualifications du 200 m féminin aux Championnats mondiaux d’athlétisme de Londres le 8 août 2017. Stevens et sa compatriote Gabrielle Thomas ont été suspendues provisoirement pour ne pas avoir informé les instances antidopage de l’endroit où elles se trouvaient, étant donc indisponibles pour être testées.

Sa compatriote Gabrielle Thomas (23 ans), double vainqueure de la prestigieuse compétition de Ligue de diamant de Lausanne (2018 et 2019) sur 200 m, est suspendue provisoirement pour les mêmes raisons.

L’AIU a également annoncé la suspension provisoire du Kényan Alex Korio Oliotiptip (29 ans), 11e des derniers Mondiaux de Doha sur 10 000 m.

Selon les règles antidopage en vigueur, les athlètes doivent indiquer leurs localisations géographiques aux instances de lutte contre le dopage 90 jours à l’avance afin de permettre des contrôles inopinés hors compétition chaque jour de l’année. Trois manquements à ces obligations en douze mois constituent une infraction antidopage.