Pablo Carreño Busta et Daniel Evans ne s’étaient jamais affrontés auparavant. Voilà que Carreño Busta vient de remporter leur premier duel, en trois manches de 7-5, 6-7 (7) et 6-2. Plus important encore, cette victoire lui donne un billet pour la finale de l’Omnium Banque Nationale.

Publié le 13 août
Nicholas Richard
Nicholas Richard La Presse

Ce n’est pas le genre de match qui s’analyse ou qui se gagne selon le nombre de coups gagnants, de fautes directes ou de balles de bris. C’est le genre de match qui se gagne grâce à la faculté de rester concentré et fort mentalement. C’est exactement ce qu’a fait Pablo Carreño Busta.

« J’ai joué à un très bon niveau toute la semaine, mais je me suis écrasé au premier set. C’est pour ça qu’il était important de me battre sans arrêt, de rester constamment positif. Rester fort mentalement aura été la clé pour gagner ce match », a indiqué Carreño Busta après la rencontre.

Jusqu’à preuve du contraire, ce match marathon de 2 heures 59 minutes aura été le plus enlevant de la semaine. Le nombre de volées gagnantes, de courses nord-sud et est-ouest, de longs échanges, de jeux décisifs chaudement disputés, des partisans des deux camps qui voulaient se faire entendre, des revirements et des chances ratées. Tout y était. Ces matchs sont aussi les plus difficiles à gagner, car une seule erreur peut tout changer.

Carreño Busta n’a pas été particulièrement spectaculaire ou exceptionnellement efficace. Il a simplement refusé de s’écraser. L’Espagnol avait gagné la première manche grâce à un bris de service au 11jeu, mais c’est davantage Evans qui avait retenu l’attention grâce à des coups remarquables, notamment au filet.

Tombeur de Matteo Berrettini (15) et de Jannik Sinner (7), Carreño Busta a dû être patient pour triompher. La deuxième manche avait mal commencé pour lui. Il tirait de l’arrière 4 à 1 face à son rival et il commettait de nombreuses fautes directes.

« Je n’ai probablement pas joué mon meilleur tennis en première manche, mais j’ai continué de me battre. […] J’ai essayé de rester positif. Je savais que j’aurais d’autres chances. »

C’est lorsqu’il s’est mis à attaquer avec plus de régularité que les choses se sont mises à bien aller pour le 23joueur mondial. Le deuxième set s’est rendu au jeu décisif, et c’est Evans qui a le mieux tenu lors des longs échanges qui ont marqué cette manche, même si son adversaire a hérité d’une balle de match qu’il a bousillée. Le brio d’Evans a forcé une manche supplémentaire.

« Je me sentais fatigué au début de la troisième manche », a admis le gagnant.

Le début de la manche ultime a été tout aussi serré. Carreño Busta a brisé Evans à 3-2, et c’est ce qui lui a donné le carburant nécessaire pour en venir à bout. Le match a finalement pris fin sur une double faute de Evans.

  • Pablo Carreño Busta célèbre après avoir marqué un point contre Daniel Evans lors de la demi-finale de l’Omnium Banque Nationale.

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

    Pablo Carreño Busta célèbre après avoir marqué un point contre Daniel Evans lors de la demi-finale de l’Omnium Banque Nationale.

  • Daniel Evans mord sa raquette après avoir manqué un point.

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

    Daniel Evans mord sa raquette après avoir manqué un point.

  • Carreño Busta s’assure de ne pas rater la balle.

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

    Carreño Busta s’assure de ne pas rater la balle.

  • Daniel Evans célèbre de belle façon après avoir marqué un point contre son adversaire.

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

    Daniel Evans célèbre de belle façon après avoir marqué un point contre son adversaire.

  • Carreño Busta lève ses bras dans les airs pour célébrer sa victoire contre Daniel Evans.

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

    Carreño Busta lève ses bras dans les airs pour célébrer sa victoire contre Daniel Evans.

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Direction finale

Carreño Busta affrontera Hubert Hurkacz en finale, dimanche. Il s’agira de sa première finale dans un tournoi de catégorie Masters 1000.

« C’était important pour moi de me battre pour atteindre ma première finale. J’étais un peu nerveux au début du match. » De son propre aveu, il s’agira du match le plus important de sa carrière. C’est pourquoi il ne veut pas laisser passer cette chance.

L’athlète de 31 ans est sur une excellente séquence, puisqu’il n’a perdu qu’une manche depuis le début du tournoi. En revanche, son adversaire n’a joué que des rencontres de trois manches.

Les deux joueurs se sont affrontés à deux reprises et ont remporté chacun une victoire. Le moins que’on puisse dire, c’est que leurs duels ont été très serrés par le passé. Lors de ces rencontres, trois des quatre manches se sont décidées au jeu décisif.