Le circuit de l’ATP est extrêmement paradoxal. D’une part, on annonce la fin de la domination du Big Three en raison de l’émergence et du succès de tous les jeunes joueurs talentueux presque chaque année. D’autre part, Rafael Nadal et Novak Djokovic remportent encore les tournois les plus importants et ils ne semblent pas vouloir ralentir.

Publié le 22 mai
Nicholas Richard
Nicholas Richard La Presse

C’est avec cette prémisse que s’amorcera la 121édition du tournoi de Roland-Garros. Prédire l’éventuel gagnant du côté masculin est une tâche drôlement complexe cette année, vu l’immense possibilité de choix, tous aussi logiques les uns que les autres.

Novak Djokovic

Il est numéro un mondial. Il a gagné le tournoi de Rome il y a quelques jours. Le Djoker doit absolument être considéré. Il n’a joué que 16 matchs depuis le début de la saison. Djokovic est donc frais comme une rose, et en plus, il voudra certainement venger le fait qu’il lui a été interdit de participer au premier Grand Chelem de l’année. Le Serbe est un champion, un grand champion. Son but : être le plus titré de l’histoire. Avec un triomphe à Roland-Garros, il rejoindrait Rafael Nadal au sommet de l’histoire avec 21 titres en Grand Chelem.

Alexander Zverev

Alexander Zverev est non seulement l’un des meilleurs joueurs au monde, mais il est aussi l’un des plus constants. Il le prouve une fois de plus lors de cette saison sur terre battue. À Monte-Carlo et à Rome, il a perdu en demi-finale contre Stefanos Tsitsipas. À Madrid, il a perdu en finale contre Carlos Alcaraz. Cependant, Zverev est victime du talent des autres, car il s’est rendu seulement une fois en finale d’un tournoi majeur. C’était aux Internationaux des États-Unis, en 2020. Il a perdu dans un match d’anthologie face à Dominic Thiem. L’édition 2022 de Roland-Garros pourrait être la bonne pour lui.

Rafael Nadal

PHOTO OSCAR DEL POZO, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Rafael Nadal

Dieu le père sur terre battue s’il en est un. Treize fois vainqueur à Roland-Garros, Rafael Nadal est toujours dangereux à Paris. Il est difficile de miser contre lui, comme il est ambitieux de gager contre Tom Brady au Super Bowl ou Tiger Woods au Tournoi des Maîtres. Nadal est endolori en raison d’une blessure récurrente à un pied et il n’a pas été en mesure de bien terminer son match de huitièmes de finale contre Denis Shapovalov à Rome. Avec près de deux semaines de repos, il aura probablement eu le temps de se rétablir un peu et c’est souvent lorsqu’on doute de Nadal qu’il sort un lapin de son chapeau, comme en début de saison, aux Internationaux d’Australie.

Stefanos Tsitsipas

On le voyait un peu comme le digne héritier de Roger Federer, mais Stefanos Tsitsipas n’a toujours pas gagné de titre en Grand Chelem. Il n’a que 23 ans, mais ce ne sont pas les occasions qui ont manqué. Il a déjà pris part à une finale, en France l’année dernière, et à quatre demi-finales, dont une à la porte d’Auteuil, en 2020. Son heure est peut-être venue. Il a joué de manière inspirée depuis quelques semaines, en remportant notamment le prestigieux tournoi de Monte-Carlo en avril. Depuis, il n’a cessé de progresser avec un quart de finale à Barcelone, une demi-finale à Madrid et une finale à Rome. La suite logique des choses serait un titre à Roland-Garros.

Carlos Alcaraz

L’homme à battre sur le circuit de l’ATP à l’heure actuelle s’appelle Carlos Alcaraz et il vient tout juste d’avoir 19 ans. Ce jeune homme est né pour gagner et c’est ce qu’il fait depuis le début de la saison sur terre battue. Il a gagné les tournois de Barcelone et de Madrid. Pendant cette séquence, il a battu Djokovic, Zverev, Tsitsipas et Nadal, entre autres. Il pourrait poursuivre sa saison de rêve à Paris et il deviendrait l’un des plus jeunes gagnants de l’histoire. L’effet de surprise et la chance du débutant s’étant un peu dissipés, ses adversaires arriveront devant lui préparés. En revanche, s’il y a un joueur qui peut mettre à sa merci n’importe quel adversaire, c’est Alcaraz.

Casper Ruud

Casper Ruud est un peu le Dominic Thiem de sa cohorte. Celui qu’on définit comme le prochain grand champion sur terre battue. Malheureusement pour Thiem, il n’a jamais vraiment réussi à s’imposer. À 23 ans, Ruud semble vouloir prendre une voie différente. La bonne. Le Norvégien a eu de bons moments sur terre battue cette saison, mais sans plus. Cependant, à Rome la semaine dernière, il s’est incliné en demi-finale devant l’éventuel champion Novak Djokovic. Ruud n’est pas le plus démonstratif ou le plus spectaculaire, mais il demeure un joueur complet qui pourrait passer sous le radar et se faufiler dans le carré d’as. Huitième mondial, il a connu une année de dingue en 2021 avec cinq titres, dont quatre en double. En février, il a remporté le tournoi de Buenos Aires, sur terre battue.

Félix Auger-Aliassime

PHOTO ALBERTO LINGRIA, ARCHIVES REUTERS

Félix Auger-Aliassime

Félix Auger-Aliassime est rendu à un stade dans sa carrière où il doit être considéré dans ce genre d’exercice. Posté au neuvième rang mondial, le Québécois a livré une bataille d’une extrême qualité contre Novak Djokovic, en quart de finale du tournoi de Rome. De loin son meilleur match depuis le début de la saison sur terre battue. L’athlète de 21 ans a prouvé qu’il pouvait rivaliser avec n’importe qui. FAA adore la terre battue, c’est sur cette surface qu’il s’entraîne la plupart du temps, à Monte-Carlo. Il avait été brillant en janvier lors du premier Grand Chelem de la saison. Il a affronté les meilleurs, et Auger-Aliassime a amélioré son jeu depuis le début de la saison. Son service, par exemple, est meilleur qu’il ne l’a jamais été. Il est aujourd’hui permis de rêver.