(Melbourne) Nadal, Zverev, Monfils, Osaka et Barty de passage en coup de vent, Korda (aux dépens de Moutet), Carreno et Shapovalov vainqueurs au bout de leurs forces : les qualifications mercredi pour le 3e tour de l’Open d’Australie n’ont pas toutes coûté la même énergie.

Publié le 19 janvier
Igor GEDILAGHINE Agence France-Presse

Ils ont expédié

Rafael Nadal, 5e mondial, a battu sans trembler l’Allemand Yannick Hanfmann (126e), 6-2, 6-3, 6-4.

Le score, peu flatteur pour le perdant issu des qualifications, mais qui a évolué à très haut niveau, en dit finalement long sur le jeu de l’Espagnol.

« Aujourd’hui, son niveau était bien plus élevé que ce qu’indique son classement », a d’ailleurs insisté le Majorquin de 35 ans.

Nadal avait déjà impressionné au 1er tour pour éliminer Marcos Giron (66e) 6-1, 6-4, 6-2, alors qu’il faisait son retour en Majeur, après des mois à soigner une blessure à un pied puis un COVID-19 contracté en décembre et qui l’a mis à plat.

Face à Hanfmann, qui a crânement joué sa chance, il est apparu très solide pendant les 2 h 42 qu’ont duré la partie, tant physiquement que dans son jeu (30 coups gagnants pour 26 fautes directes), même s’il lui a fallu cinq balles de match pour conclure.

« Les gars, je suis de retour ! », a lancé en soirée Gaël Monfils (20e) après avoir expédié en 1 h 29 son match contre le Kazakh Alexander Bublik 6-1, 6-0, 6-4.

« Je me suis senti super bien : je bougeais vite, j’ai bien servi, j’ai fait quelques trick shots (coups hors norme, NDLR)… Tout allait ! », s’est félicité le Français de 35 ans dont le torticolis de la semaine dernière est manifestement oublié.

En trente minutes de plus, Alexander Zverev (3e) s’est débarrassé de l’Australien John Millman (89e) 6-4, 6-4, 6-0.

Le public australien qui vient pour voir jouer Ashleigh Barty n’a pas de chance depuis le début du tournoi : la N.1 mondiale avale ses adversaires sans les faire chauffer.

Elle a ainsi soufflé l’Italienne Lucia Bronzetti (142e et issue des qualifications) 6-1, 6-1 en 52 minutes, deux jours après avoir absorbé l’obstacle Lesia Tsurenko (119e) 6-1, 6-1 en 54 minutes.

« Je voulais utiliser mon expérience aujourd’hui et commencer fort, a-t-elle expliqué. C’est ce que j’ai fait. J’ai bien servi, j’ai fait plein de bons coups droits et j’ai bien contrôlé le match. Je suis contente », a-t-elle analysé.

Sa probable adversaire en 8es, la tenante du titre Naomi Osaka (14e), n’a mis que quelques minutes de plus pour battre l’Américaine Madison Brengle (54e) 6-0, 6-4.

Ils ont souffert

PHOTO TERTIUS PICKARD, ASSOCIATED PRESS

Sebastian Korda

L’Américain Sebastian Korda (43e) et le Français Corentin Moutet (100e) ont enflammé le petit court N.8 et, après 4 h 47 d’un bras de fer spectaculaire, c’est le premier qui s’est imposé au super jeu décisif du 5e set.

Moutet, qui a beaucoup discuté avec son clan, le public bruyant ou bien encore le médecin, a servi pour le match à 5-4 dans la quatrième manche, puis il a sauvé deux balles de match à 6-5 dans la cinquième, avant de finalement s’incliner 3-6, 6-4, 6-7 (2/7), 7-5, 7-6 (10/6).

Incroyablement placide jusque-là, Korda a jeté ses dernières forces pour réaliser le saut en ciseau de la victoire hérité de son père Petr.

Son prochain adversaire, Pablo Carreno (21e), a lui-même livré un combat épique de 4 h 10 pour battre le Néerlandais Tallon Griekspoor (62e) 6-3, 6-7 (6/8), 7-6 (7/3), 3-6, 6-4.

« Je n’ai peut-être pas fait mon meilleur match aujourd’hui, mais je n’ai jamais baissé les bras, parce que je sentais, à certains moments, que j’étais plus fort que lui », a commenté Carreno.

Preuve de cette volonté de ne jamais s’avouer vaincu, ce qui restera comme le point du jour. Lobé, le Néerlandais se détend, parvient à effleurer du bord extérieur du cadre la balle qui part en cloche en avant avec un très fort effet rétro. Retombée dans le camp de Carreno, elle repasse du côté néerlandais du filet. Mais l’Espagnol arrive en trombe, passe entre le poteau du filet et la chaise d’arbitre sans rien toucher et pousse la balle dans le court. Il a le droit, il marque le point.

Rude combat également livré par Denis Shapovalov (14e) pour battre le Coréen Kwon Soonwoo (54e) 7-6 (8/6), 6-7 (3/7), 6-7 (6/8), 7-5, 6-2.

Harmony Tan a aussi souffert mais différemment : la Française, blessée au mollet gauche, a abandonné en toute fin de match, sur le conseil même de l’arbitre, et a quitté la Margaret Court Arena dans un fauteuil roulant.