(Melbourne) La bataille judiciaire menée par Novak Djokovic pour pouvoir entrer sur le territoire australien et y disputer les Internationaux d’Australie a été « préjudiciable sur tous les fronts », a estimé l’ATP, lundi, après la remise en liberté du Serbe.

Publié le 10 janvier
Agence France-Presse

« La série d’évènements qui a conduit à l’audience de lundi a été préjudiciable sur tous les fronts, y compris pour le bien-être de Novak et sa préparation aux Internationaux d’Australie », a déclaré l’instance dans un communiqué.  

Un juge a révoqué lundi l’annulation par les autorités australiennes du visa du joueur et ordonné sa sortie du centre de rétention pour migrants dans lequel il avait été placé à son arrivée dans le pays, sans vaccination contre la COVID-19.

Le Serbe s’est immédiatement entraîné en vue de participer au premier Grand Chelem de la saison.  

« L’ATP respecte pleinement les sacrifices que le peuple australien a fait depuis le début de la COVID-19 et les politiques d’immigration strictes qui ont été mises en place », a assuré l’instance.

« Les complications survenues ces derniers jours concernant l’entrée des joueurs en Australie ont toutefois mis en évidence la nécessité de mieux comprendre, communiquer et appliquer les règles. »

Au sujet du numéro un mondial, l’ATP a affirmé qu’« en se rendant à Melbourne, il est clair que Novak Djokovic pensait avoir obtenu une exemption médicale nécessaire pour se conformer aux règles d’entrée ».

L’instance a toutefois conclu en recommandant « fortement » à tous les joueurs de se faire vacciner.

« Cette recommandation se fonde sur des preuves scientifiques, des avantages pour la santé et sur la nécessité de se conformer aux réglementations internationales en matière de voyages », a indiqué l’ATP.