Face à un imposant défi et de très minces espoirs de franchir la phase de groupe, le Canada a été officiellement éliminé des Finales de la Coupe Davis de tennis masculin dimanche à Madrid.

Mis à jour le 28 nov. 2021
La Presse Canadienne

L’élimination du Canada s’est confirmée lorsque Mikhail Kukushkin, du Kazakhstan, a vaincu Brayden Schnur 6-3, 6-7 (5), 7-5 aux termes d’un duel endiablé qui a duré presque trois heures.

Avec cette défaite, la quatrième en autant de sorties depuis le début de la phase de groupe, le Canada n’avait plus aucune chance de terminer au deuxième rang dans le groupe B puisqu’il avait perdu ses trois matchs contre la Suède, jeudi.

Lors du deuxième match de simple de la journée, Alexander Bublik, 36e joueur mondial, l’a emporté 6-2, 7-6 (6) face à Vasek Pospisil.

PHOTO BERNAT ARMANGUE, ASSOCIATED PRESS

Alexander Bublik a célébré à sa façon sa victoire contre Vasek Pospisil.

Dans un match pour sauver l’honneur, le Canada a délégué Schnur et Peter Polansky pour le duel final en double contre Andrey Golubev et Aleksandr Nedovyesov. Les deux Kazakhes ont cependant complété le balayage avec une victoire de 6-4, 6-7 (6), 6-1.

Le capitaine du Canada, Frank Dancevic, n’a pas caché que son groupe avait connu une semaine difficile.

« Je pense que nous avons eu un début un peu chancelant dans la première rencontre contre la Suède. Les gars n’étaient pas assez alertes. Aujourd’hui, ils ont bien joué. À commencer par Brayden, qui a superbement bien joué, qui a eu ses chances. Selon moi, le match aurait pu aller d’un côté comme de l’autre. Même chose pour Vasek. Bublik a produit des coups incroyables au jeu décisif et je pense que si nous avions été en mesure de forcer la tenue d’une troisième manche, tout aurait pu arriver.

« Dans l’ensemble, je pense que les gars ont tout donné cette semaine, a également déclaré Dancevic. Ils ont fait tout ce qu’ils ont pu pour nous faire gagner. Nous savions que nous devions gagner 3-0 aujourd’hui pour avoir une chance de nous qualifier, mais c’était une tâche colossale. Nous allons garder la tête haute, nous regrouper, évaluer certaines choses et aller de l’avant. »

Après une première manche que le Canadien a concédée en à peine 30 minutes, Schnur, 234e joueur mondial, semblait en voie de subir un revers en deux manches consécutives après qu’il eut été victime d’un bris de service lors du 11e jeu de la deuxième manche.

Mais contre toute attente, Schnur a prolongé le duel dès le jeu suivant en sauvant trois balles de match au service de Kukushkin avant d’inscrire son premier bris de l’affrontement.

Lors du bris d’égalité subséquent, Schnur a inscrit deux mini-bris consécutifs lors des sixième et septième points, pour se bâtir un coussin de 5-2. Il a mis fin à ce deuxième manche à sa troisième balle de manche.

Lors du set décisif, les deux rivaux se sont échangé des bris lors des deux premiers jeux. Kukushkin, classé 183e au monde, l’a finalement emporté en brisant le service de Schnur lors du 12e jeu, qui allait s’avérer le dernier du match.

« Je n’ai évidemment pas bien joué à la première manche », a admis Schnur dans sa conférence d’après-match.

« Mais cela prend un certain temps pour s’adapter à sa balle, surtout sur un court en bois sur lequel la balle ne rebondit pas beaucoup. Je n’ai donc aucun regret pour la première manche, il m’a juste fallu un peu de temps pour trouver mon rythme. À part ça, j’ai bien joué, sauf au deuxième jeu de la troisième [manche]. »

Face à Bublik, Pospisil a eu l’occasion de forcer la tenue d’une troisième manche alors qu’il a détenu deux balles de set, dont la deuxième à son service avec une avance de 6-5 dans le bris d’égalité.

Bublik a toutefois gagné ces deux points et les deux suivants face à Pospisil, qui s’est présenté au tournoi au 133e rang du classement de l’ATP.

« Il a bien servi et je n’ai tout simplement pas joué de mon mieux », a analysé Pospisil. « Je suis déçu. J’ai l’impression de ne pas être aussi alerte que je le voudrais sur le terrain ces dernières semaines.

« C’est évidemment décevant pour notre équipe d’être éliminé comme ça, mais nous nous sommes bien battus, nous avons essayé de faire de notre mieux et c’est tout. Je vais rentrer chez moi, m’accorder une courte pause et me préparer pour la prochaine saison. »

Finaliste en 2019, le Canada était privé cette année de ses deux meilleurs joueurs en Félix Auger-Aliassime et Denis Shapovalov, qui ont décidé de faire l’impasse sur la compétition après de longues saisons sur le circuit de l’ATP.

Grâce à ses deux victoires contre le Canada, le Kazakhstan s’est qualifié pour les quarts de finale en tant que gagnant du groupe B.

Les États-Unis éliminés

Les États-Unis ont aussi subi l’élimination en Coupe Davis en s’inclinant contre la Colombie. Après une défaite contre l’Italie en début de ronde finale, les Américains se voient montrer la sortie avec un deuxième revers.

Lors du match décisif, la paire formée de Reilly Opelka et Jack Sock a déclaré forfait alors qu’elle tirait de l’arrière 3-0 au premier set contre les Colombiens Juan-Sebastian Cabal et Robert Farah. Une blessure de Sock a forcé le duo à prendre cette décision.

Daniel Elahi Galan, 111e joueur mondial, avait d’abord forcé la tenue du match ultime en créant l’égalité 1-1 avec une victoire en trois manches sur John Isner, 6-3, 3-6 et 7-6 (5).

Lors du premier simple, Frances Tiafoe avait lancé les États-Unis en avance en défaisant Nicolas Mejia 4-6, 6-3, 7-6 (7).

Qui sont les qualifiés ?

En plus du Kazakhstan (groupe B), les autres équipes qualifiées pour la ronde quart de finale sont la Fédération de tennis russe (groupe A), la Grande-Bretagne (groupe C), la Croatie (groupe D) et l’Italie (groupe E) qui ont terminé au premier rang de leur groupe respectif.

La Suède et la Serbie se sont également faufilées jusqu’en prochaine ronde à titre de meilleures équipes repêchées.

Ce qui signifie qu’on aura un nouveau pays couronné champion de la Coupe Davis puisque le détenteur du titre, l’Espagne, a été éliminé.