(Pékin) La joueuse de tennis chinoise Peng Shuai a assuré à des responsables olympiques qu’elle était en sécurité et en bonne santé lors d’un appel vidéo depuis Pékin. C’est ce que le Comité international olympique (CIO) a révélé dans la foulée de la réapparition de Peng Shuai en public lors d’un tournoi junior à Pékin.

Joe Mcdonald Associated Press

Cet appel de 30 minutes est survenu alors que la communauté mondiale s’inquiétait du sort de Peng Shuai après qu’elle a accusé un ancien haut responsable du Parti communiste d’agression sexuelle. Le Parti communiste au pouvoir en Chine a tenté d’apaiser les craintes à l’étranger tout en supprimant toutes les informations en Chine concernant Peng Shuai.

L’appel de dimanche – avec le président du CIO, Thomas Bach, la présidente de la Commission des athlètes, Emma Terho, et le membre du CIO Li Lingwei, ancien vice-président de l’Association chinoise de tennis – semble être le premier contact direct de Peng Shuai avec des responsables sportifs en dehors de la Chine depuis qu’elle a disparu de la sphère publique, le 2 novembre.

PHOTO GREG MARTIN, CIO VIA AFP

Le président du CIO, Thomas Bach, en discussion avec Peng Shuai

Peng Shuai « a remercié le CIO de se préoccuper de son bien-être », déclare l’organisme dans son communiqué.

Elle a expliqué qu’elle était en sécurité et en bonne santé, qu’elle vivait chez elle à Pékin, mais qu’elle aimerait que sa vie privée soit respectée pour le moment. C’est pourquoi elle préfère passer son temps avec ses amis et sa famille en ce moment.

Extrait du communiqué du CIO

Peng Shuai, qui a représenté la Chine trois fois aux Jeux olympiques, de 2008 à 2016, est réapparue en public dimanche lors d’un tournoi junior à Pékin.

Le message de l’Omnium de Chine sur le service de réseaux sociaux Weibo ne fait aucune mention d’une disparition ou de l’accusation d’agression sexuelle formulée par Peng Shuai.

Peng Shuai est montrée à côté d’un court, envoyant la main et signant des balles de tennis surdimensionnées pour des jeunes.

« Vidéo insuffisante »

Tout cela est dans la foulée d’une annonce faite samedi par le rédacteur en chef d’un journal du parti sur Twitter voulant que Peng Shuai soit bientôt vue en public.

Peng Shuai a accusé ce mois-ci Zhang Gaoli, membre du Comité permanent du parti au pouvoir jusqu’en 2018, de l’avoir forcée à avoir des relations sexuelles avec lui.

Le silence du gouvernement en réponse aux demandes d’informations sur le sort de Peng Shuai a suscité des appels au boycottage des Jeux olympiques d’hiver de Pékin, en février.

La WTA a menacé de retirer des évènements à la Chine à moins qu’on s’assure que Peng Shuai soit en sécurité.

« Notre principale préoccupation est la sécurité et le bien-être de Peng Shuai, a affirmé dimanche Dave Haggerty, président de la Fédération internationale de tennis et membre du Comité international olympique, dans un communiqué. Les vidéos d’elle ce week-end semblent être une étape positive, mais nous continuerons à chercher un contact direct et la confirmation de Peng Shuai elle-même qu’elle est en sécurité et en bonne santé. »

Le rédacteur en chef du journal du parti Global Times, Hu Xijin, a écrit samedi sur Twitter que Peng Shuai « restait libre chez elle » et « se présenterait en public et participerait bientôt à certaines activités ».

Le parti au pouvoir n’a donné aucune indication s’il enquêtait sur l’accusation de Peng Shuai contre Zhang Gaoli, 75 ans, qui a quitté le Comité permanent en 2018 et a largement disparu de la vie publique.

Steve Simon, président-directeur général de la WTA, a exprimé sa préoccupation pour la sécurité de Peng Shuai après que Hu Xijin a publié samedi deux vidéos qui semblaient la montrer dans un restaurant.

« Bien qu’il soit positif de la voir, on ne sait toujours pas si elle est libre et capable de prendre des décisions et d’agir par elle-même, sans coercition ni ingérence extérieure. Cette vidéo à elle seule est insuffisante, a déclaré Simon. Notre relation avec la Chine est à la croisée des chemins. »