Trois joueurs de tennis canadiens ont publiquement soutenu les efforts déployés pour retrouver la vedette chinoise disparue Peng Shuai.

La Presse Canadienne

L’Ontarien Milos Raonic et les Britanno-Colombiens Rebecca Marino et Vasek Pospisil ont gazouillé au sujet de Peng, vendredi, en utilisant le mot-clic « #WhereIsPengShuai ».

Pospisil a également publié une déclaration au nom de l’Association des joueurs professionnels dans laquelle elle demande des preuves indépendantes confirmant la sécurité et l’emplacement de Peng.

Les joueurs canadiens ont réagi à l’instar d’autres vedettes du tennis, dont Serena Williams et Andy Murray, exigeant de savoir ce qui est arrivé à Peng.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a prétendu, vendredi, qu’il n’était pas au courant de la controverse entourant Peng, qui a disparu après avoir accusé un ancien haut responsable de l’avoir agressée sexuellement.

Le porte-parole du ministère, Zhao Lijian, a déclaré aux journalistes que l’affaire n’était « pas une question diplomatique et je ne suis pas au courant de la situation. »

Le ministère a toujours nié avoir eu connaissance de l’affaire depuis que Peng a porté son accusation il y a plus de deux semaines.

L’ancienne No 1 mondiale en double féminin, âgée de 35 ans, a remporté des titres à Wimbledon en 2013 et à Roland-Garros en 2014.

Elle a également participé à trois Jeux olympiques, ce qui rend sa disparition encore plus problématique alors que Pékin doit accueillir les Jeux d’hiver à partir du 4 février.

Le Comité olympique canadien n’a pas immédiatement répondu aux demandes de réactions de La Presse Canadienne.

Tennis Canada a pour sa part publié une déclaration disant que tout comme le reste du monde du tennis, il y a de profondes inquiétudes pour la santé et la sécurité de Peng. Il a également demandé une preuve indépendante et indiscutable que Peng est en sécurité.

« Nous admirons le courage dont Peng Shuai a fait preuve en dénonçant la conduite d’un ancien dirigeant chinois au regard des allégations d’agression sexuelle, a écrit Tennis Canada. Elle doit être autorisée à s’exprimer librement sans censure et ses allégations doivent faire l’objet d’une enquête en toute transparence. »

Le premier ministre Justin Trudeau a été interrogé, jeudi soir, sur la disparition de Peng et aussi quant à savoir si les athlètes canadiens devraient toujours participer aux Jeux olympiques de Pékin.

« Au cours des derniers mois, nous avons eu des conversations avec des partenaires et des alliés du monde entier sur les Jeux olympiques de Pékin, sur ce que devrait être notre approche », a répondu M. Trudeau à la fin d’une visite de deux jours à Washington.

Sa visite dans la capitale américaine comprenait une rencontre avec Joe Biden dans le bureau ovale, où le président américain a confirmé qu’il envisageait un boycottage diplomatique des Jeux olympiques l’année prochaine.

« Il y a énormément d’athlètes au Canada et dans le monde qui se sont entraînés très, très fort pour cela, a-t-il ajouté. Nous cherchons un moyen de les voir à la fois montrer leurs aptitudes et déployer tous les efforts acharnés qu’ils ont mis pendant de nombreuses années, tout en continuant d’exprimer nos réelles inquiétudes quant à la façon dont le gouvernement chinois s’est comporté. »