(Belgrade) La Serbie était en proie à une grande déception, lundi, au lendemain de l’échec de Novak Djokovic dans sa tentative d’entrer dans l’histoire du tennis en devenant le premier homme en plus de 50 ans à remporter un Grand Chelem lors d’une même saison.

Dusan Stojanovic Associated Press

Au lieu des feux d’artifice habituels, des klaxons et des danses dans les rues après les précédentes finales en tournois majeurs de Djokovic, il y avait un étrange silence dans la capitale serbe. Djokovic, numéro 1 mondial, s’est incliné contre son adversaire russe Daniil Medvedev 6-4, 6-4, 6-4, dimanche, en finale des Internationaux des États-Unis.

Une victoire aurait fait de Djokovic, âgé de 34 ans, le premier homme à remporter les Internationaux d’Australie, Roland-Garros, Wimbledon et les Internationaux des États-Unis la même année depuis Rod Laver en 1969.

Il aurait également remporté un 21e titre majeur record en simple, rompant une égalité avec Roger Federer et Rafael Nadal.

« C’était maintenant ou jamais pour le Chelem calendaire, mais le 21e titre en Grand Chelem est tout à fait en vue », a écrit le journaliste de tennis serbe Sasa Ozmo sur le portail SK Sporklub.

Les fervents partisans de Djokovic étaient divisés sur ce qu’il devrait maintenant faire.

Certains d’entre eux sur les réseaux sociaux en Serbie ont invité Djokovic à prendre sa retraite alors qu’il est au sommet de la hiérarchie mondiale, tandis que d’autres pensent qu’il rebondira et sera considéré comme le plus grand joueur de tennis de tous les temps.

« Nole, tu es le plus grand même sans le Grand Chelem calendaire », a écrit le quotidien Blic en manchette.

« Djokovic rate une occasion historique », a écrit le portail N1, tandis que le tabloïd Kurir a noté « Même un rocher pleurerait ».

« Déception et tristesse »

Après le match, Djokovic a écourté sa conférence de presse avec les médias serbes après avoir fondu en larmes.

« Je ressens de la déception et de la tristesse parce qu’une formidable occasion a été perdue, a confié Djokovic. Ce n’est pas facile de subir une telle défaite. »

Djokovic a eu la rare opportunité de remporter un Grand Chelem doré cette année en raison du report des Jeux olympiques de Tokyo. Il a perdu contre Alexander Zverev en demi-finale du tournoi olympique, mais a tout de même eu l’occasion de faire l’histoire à New York avec le traditionnel Grand Chelem.

Djokovic n’a pas dit ce qu’il ferait ensuite ni quels tournois il jouerait.

« Pour être honnête, je n’ai aucun plan. Absolument rien, a-t-il dit. Actuellement, je suis ici à New York avec mes pensées.

« Bien sûr, ma vie est maintenant complètement différente… J’aimerais passer plus de temps avec mes enfants », a ajouté Djokovic en fondant en larmes.

Djokovic s’est également laissé aller à une rare démonstration d’émotions sur le terrain. Alors que sa quête d’un Grand Chelem semblait perdue en fin de match, il s’est couvert le visage avec une serviette, cachant ses larmes lors d’un changement de côté.

L’ex-joueur vedette Boris Becker, ancien entraîneur de Djokovic, a mentionné que la pression d’écrire une page d’histoire a été trop forte.

« Il n’était pas préparé mentalement à contrôler ses émotions », a soutenu Becker.