Il y avait plus de 100 rangs d’écart entre les deux joueuses sur le terrain. Ça n’a jamais paru.

Frédérick Duchesneau
Frédérick Duchesneau La Presse

La Britannique Harriet Dart, 172e mondiale, issue des qualifications, a surpris Leylah Fernandez, 70e, en des manches de 7-5 et 7-6 sur le court central du stade IGA, lundi soir. La première victoire dans la métropole de la Québécoise attendra.

« Je me sentais bien, j’étais très excitée de jouer ici. Malheureusement, j’ai mal joué, et elle a bien joué. J’ai eu du temps pour y penser et, honnêtement, je ne trouve rien de positif. J’ai fait beaucoup d’erreurs dans les moments clés. Et dans les moments où j’aurais pu prendre avantage du match, je ne l’ai pas fait. »

Ce sont à la fois les premiers et les seuls commentaires de Fernandez, visiblement très déçue. Le point de presse, tenu une heure après la fin du match, a été abrégé par des pépins techniques. Après un commentaire préliminaire et une seule question.

Des pépins, la petite gauchère en a aussi rencontré sur le court, en effet.

D’abord, elle a connu un départ particulier au service, alors que ses premières balles passaient – 71 % à ses deux premiers jeux –, mais sans qu’elle réussisse à les convertir en points (seulement 40 %).

La qualifiée parvenait à bousculer la Québécoise par moments.

Les trois premiers jeux du match ont résulté en bris, et c’était 2-1 pour la Britannique, qui a ensuite remporté son jeu au service pour mener 3-1. Dart semblait en voiture.

Puis, à 4-3 pour Dart – après quatre jeux de suite enlevés par la serveuse –, la Canadienne a brisé de nouveau pour recoller à 4-4 et deux bris de chaque côté.

Mais après un bris à 5-5, la négligée s’est présentée au service pour la manche et a offert du jeu très solide. Tantôt au filet, tantôt frôlant la ligne de fond.

Et, surprise, elle a gagné la première manche, son cri de satisfaction étant accueilli par un public bien silencieux.

Dans la même veine

Leylah Fernandez l’avait dit dimanche, dans le cadre de la journée des médias. Elle ne s’attendait pas à une balade dans le parc au premier tour.

« Mon premier match sera difficile. Je ne sais pas encore contre qui ce sera, mais elle aura déjà deux matchs de joués sur ces courts et je suis certaine qu’elle arrivera prête », avait-elle avancé.

Force est d’admettre qu’elle avait vu juste. Pour sa première présence à l’omnium canadien, Harriet Dart était fin prête.

Mais pouvait-elle enchaîner deux manches de la sorte ?

Puissante, mettant toute la gomme sur chaque balle, elle a obtenu un autre bris – mérité – dès l’amorce du deuxième set. Inspirée.

Puis, au quatrième jeu, Fernandez a bousillé une balle de bris sur faute directe, avant que Dart ne concrétise un magnifique passing. Tour fonctionnait pour cette dernière. Très peu pour son opposante.

Alors qu’on la croyait au bord du gouffre, la Québécoise a néanmoins brisé – une troisième fois – pour faire 3-3.

Et, tout à coup, les frappes de Leylah Fernandez prenaient de la vigueur, tandis que celles d’Harriet Dart semblaient en perdre.

Sauf que les bris de service sont plus fréquents au tennis féminin. Et grâce à un superbe lob défensif, la Britannique brisait à son tour ; 4-3. Et au service.

Mais… à deux jeux de la victoire, Dart a requis les soins de la physiothérapeute. Massage au bas du dos et bandage au mollet gauche.

Banal ? Peut-être pas. Après cette longue pause, Fernandez reprenait (encore) son bris de retard. Et aisément.

Puis, la Québécoise a brillamment enlevé un 11e jeu âprement disputé.

Mais, au bout du compte, ça s’est décidé au bris d’égalité… avec lequel s’est sauvée la Britannique (7-4).

Harriet Dart, 25 ans, n’a jamais dépassé le 121e rang. C’était en 2019, année où elle avait atteint le troisième tour à Wimbledon. Il s’agit de sa troisième victoire contre une top 100 cette année. Elle jouera le deuxième tour d’un tournoi WTA sur surface dure pour la quatrième fois seulement de sa carrière.

On aurait bien aimé recueillir ses commentaires, mais aucune demande médiatique n’avait été soumise dans la journée pour une conférence de presse d’après-match d’Harriet Dart. Il n’y en a donc pas eu. Victoire inattendue, vous dites ?

Il s’agissait d’un premier affrontement entre les deux joueuses. Leylah Fernandez s’en souviendra toute sa carrière.

Dart affrontera Bianca Andreescu, 2e tête de série, mardi soir. Sur le court central, évidemment.