(Wimbledon) L’Australienne Ashleigh Barty a remporté le simple féminin des Internationaux de tennis de Wimbledon grâce à une victoire de 6-3, 6-7 (4), 6-3 contre la Tchèque Karolina Pliskova samedi après-midi.

La Presse Canadienne

Barty, 25 ans, a mérité un deuxième titre à un tournoi du Grand Chelem après son triomphe aux Internationaux de France, en 2019.

PHOTO KIRSTY WIGGLESWORTH, ASSOCIATED PRESS

Ashleigh Barty et son trophée

Après le point décisif, résultat d’un revers de Pliskova dans le milieu du filet, Barty, visiblement émue, s’est accroupie près de la ligne de fond tout en se couvrant le visage. Elle a répété ce geste près du filet, après avoir reçu l’étreinte de sa rivale.

PHOTO GLYN KIRK, AGENCE FRANCE-PRESSE

Ashleigh Barty

Aussi, comme l’avait fait son compatriote Pat Cash après son triomphe lors de la finale du simple masculin de 1987 dans la même enceinte – un geste inédit à l’époque qui est devenu une pratique courante – Barty s’est dirigée vers la loge où étaient assis les membres de son équipe.

En entrevue sur le court après le match, Barty a fait rire les spectateurs lorsque l’intervieweuse lui a demandé de décrire le point décisif.

« Je n’arrive pas à m’en souvenir ! », a-t-elle lancé, en ricanant elle-même.

Barty a cependant pu décrire les émotions qu’elle a ressenties à la fin du match.

« Il m’a fallu beaucoup de temps avant que je parvienne à verbaliser le fait que j’avais un rêve en moi, que je voulais gagner cet incroyable tournoi. Et le fait de pouvoir vivre ce rêve en ce moment, avec tout le monde ici, le rend encore plus agréable que je n’aurais jamais pu l’imaginer », a-t-elle d’abord affirmé.

« Je n’ai pas beaucoup dormi la nuit dernière, je pensais à tous les scénarios, a ajouté Barty. Mais quand je suis arrivée sur le court, je me sentais chez moi, d’une certaine manière. »

Barty est par ailleurs devenue la première Australienne depuis Evonne Goolagong, en 1980, à soulever le plateau commémoratif du simple féminin à Wimbledon. Goolagong avait gagné ce tournoi une première fois il y a exactement 50 ans.

Les émotions étaient palpables chez Barty lorsqu’elle a été invitée à parler de Goolagong.

« Elle est très importante pour moi. J’espère que je l’ai rendue fière de moi », a-t-elle déclaré, les trémolos dans la voix.

Six bris

Le duel mettait aux prises deux joueuses qui n’avaient perdu qu’une seule manche jusque-là durant le tournoi. Barty avait cédé le deuxième set au bris d’égalité face à Carla Suarez Navarro lors de la ronde initiale. Quant à Pliskova, elle avait perdu le premier set contre Aryna Sabalenka, en demi-finale.

Dominante à son service tout au long des deux semaines du tournoi, Pliskova a vu Barty réaliser six bris à ses dépens samedi, alors qu’elle n’en avait concédé que quatre à ses six rivales précédentes.

Pliskova, huitième tête de série, en était à une deuxième présence en finale à un tournoi du Grand Chelem. En 2016, elle avait perdu en trois sets contre Angelique Kerber aux Internationaux des États-Unis.

PHOTO ADRIAN DENNIS, AGENCE FRANCE-PRESSE

Karolina Pliskova salue la foule après avoir reçu son trophée.

« Merci à vous tous d’avoir été ici », a déclaré Pliskova lorsqu’elle s’est présentée au micro, en bordure du court, après avoir reçu les applaudissements nourris du public.

« J’ai apprécié chaque minute passée sur le court aujourd’hui… Désolée », a-t-elle continué avant de s’arrêter, perturbée par les émotions qui l’envahissaient.

« Je ne pleure jamais. Jamais. Et maintenant… », a-t-elle enchaîné avant de se ressaisir et rendre hommage à son adversaire.

« Ash a joué un incroyable tournoi, un incroyable match aujourd’hui. Ça n’a pas été facile de boucler le deuxième set. J’ai dû batailler fort pour lui rendre les choses difficiles. Mais je pense qu’elle a très bien joué. Félicitations. »

Début à sens unique

Le début du match n’annonçait rien de prometteur pour les spectateurs dans les gradins du court central, et encore moins pour Pliskova. La Tchèque de 29 ans a concédé les 14 premiers points du match et, du coup, les quatre premiers jeux, dont le quatrième à la suite d’une double faute.

Pliskova s’est finalement inscrite au tableau en brisant le service de Barty au cinquième jeu, et de nouveau au septième. Entre les deux, cependant, l’Australienne avait eu le temps de réaliser un troisième bris en autant de tentatives.

Barty a pris les commandes du deuxième set en réalisant un autre bris de service, lors du troisième jeu, un bris que la Tchèque a récupéré trois jeux plus tard.

Pliskova semblait avoir retrouvé son rythme à son service jusqu’à ce qu’elle ne concède cinq points consécutifs à l’Australienne lors du 11e jeu alors qu’elle menait 40-0, donnant à Barty un autre bris et une avance de 6-5.

PHOTO PAUL CHILDS, REUTERS

Karolina Pliskova

Barty a cependant été incapable de profiter de cette opportunité pour mettre fin au duel, subissant à son tour un bris, menant à un jeu décisif.

Pliskova a gagné le bris d’égalité 7-4, aidée par des mini-bris consécutifs lors des sixième et septième points.

Cependant, comme elle l’avait fait lors des deux manches précédentes, Barty a rapidement pris le contrôle du set décisif en brisant le service de Pliskova lors du deuxième jeu pour se donner une avance de 2-0.

Cette fois-ci, Barty a réussi à protéger son service jusqu’au bout, non sans devoir toutefois sauver une balle de bris lors du jeu final.

« Je devais continuer de me battre », a déclaré Barty lors de son entrevue sur le court, en faisant allusion à son état d’esprit avant le début de la manche décisive.

« Karo est une compétitrice incroyable. Elle a soutiré le meilleur de moi aujourd’hui. Ce fut un match exceptionnel dès le départ. Et je savais que je devais jouer au meilleur de mes capacités. J’étais très fière de moi, de la façon dont j’ai pu me ressaisir et continuer à aller de l’avant. »