(Paris) Roger Federer a effectué un retour triomphal dans un tournoi du Grand Chelem, après une absence de 16 mois.

Associated Press

Son premier match dans un tournoi majeur depuis les Internationaux d’Australie en 2020 s’est conclu 6-2, 6-4, 6-3 contre l’Ouzbekh Denis Istomin aux Internationaux de France.

Et ce fut un match rempli de points positifs — autant au service qu’en coups droits, en revers, en volées et en amortis.

« Quelle joie d’être de retour », s’est exclamé Federer.

Le Suisse a quasiment réussi deux fois plus de coups gagnants que de fautes directes — 48 à 20 — et n’a pas été confronté à la moindre balle de bris. Il a du même coup porté sa fiche en carrière à 8-0 contre Istomin.

« C’est toujours merveilleux d’affronter ce joueur légendaire. C’est toujours un évènement lorsqu’on l’affronte, a dit Istomin. Je m’attendais à ce que tous les spectateurs se rangent derrière lui. »

Et c’est ce qu’ils ont fait. Federer a été opéré au genou droit à deux reprises l’an dernier. Et il fêtera son 40e anniversaire en août.

Il a récemment admis qu’il n’avait aucune chance de s’emparer du titre cette fois-ci à Paris. Il préfère plutôt peaufiner son jeu afin d’être prêt pour Wimbledon, qui se mettra en branle vers la fin du mois de juin.

« J’aime bien cette situation — je ne sais pas ce qui m’attend, quand sera mon prochain match. Je ne sais même pas qui sera mon prochain adversaire, pour être bien franc, a-t-il admis. Je prends une ronde à la fois, un match à la fois. »

Federer a gagné Roland-Garros en 2009, l’un de ses 20 titres du Grand Chelem en carrière. Il partage le record à ce chapitre du côté masculin avec l’Espagnol Rafael Nadal.

Un peu plus tôt lundi, Daniil Medvedev a finalement savouré une victoire aux Internationaux de tennis de France.

PHOTO ANNE-CHRISTINE POUJOULAT, AGENCE FRANCE-PRESSE

Daniil Medvedev

Le Russe, deuxième tête de série, s’était incliné dès le premier à ses quatre participations précédentes sur la terre battue parisienne. Il a obtenu sa première victoire dans ce tournoi du Grand Chelem après avoir pris la mesure d’Alexander Bublik 6-3, 6-3, 7-5.

Medvedev a souvent connu des ennuis sur cette surface de jeu — il présente un dossier de 12-20 en carrière sur la terre battue —, et préfère de loin le ciment. Il y compile d’ailleurs une fiche de 148-59, et ses 10 titres en carrière ont été acquis sur cette surface ultrarapide.

Medvedev, qui fut finaliste à deux reprises dans les tournois majeurs, tente de devenir le troisième tennisman russe à gagner un titre du Grand Chelem après Yevgeny Kafelnikov et Marat Safin.

D’autre part, l’étoile montante du tennis italien, Jannik Sinner, a préservé une balle de match avant de renverser le Français Pierre-Hugues Herbert 6-1, 4-6, 6-7 (4), 7-5, 6-4.

La 18e tête de série était sur le point de connaître une sortie hâtive à Roland-Garros, un an après avoir accédé aux quarts de finale à sa première participation en carrière. Herbert n’a toutefois pu capitaliser, après avoir raté la cible alors que le pointage était de 4-5, et 30-40, au quatrième set.

Ce fut le moment clé du match, puisque Sinner s’est accroché, l’a brisé, et s’est adjugé le set. La volée du revers ratée de Herbert a procuré un bris à Sinner tôt dans la manche ultime, et l’Italien a ensuite assuré sa victoire avec de puissants coups droits.

Les deux tennismen s’affrontaient pour la deuxième fois seulement. Sinner n’avait concédé que quatre jeux à leur dernier duel, dans un match au meilleur des trois manches.