Sofia Kenin ne sera plus entraînée par son père et, à quelques semaines du début des Internationaux de tennis de France, a annoncé qu’elle « mettait sur pied une nouvelle équipe technique ».

Howard Fendrich Associated Press

Kenin, championne des Internationaux d’Australie en 2020 et finaliste à Roland-Garros la même année, a fait part de sa décision vendredi, sur son compte Instagram.

Le message incluait une photo de Kenin et de son père, Alex, prise aux côtés du trophée emblématique des Internationaux d’Australie l’an dernier.

« Je voulais laisser savoir à tout le monde qu’après beaucoup d’années ensemble, j’ai décidé de mettre fin à mon association avec mon père à titre d’entraîneur. Ce ne fut pas une décision facile, car nous avons partagé beaucoup de grands moments ensemble et connu beaucoup de succès », a écrit Kenin.

« Je serai toujours reconnaissante des sacrifices que mon père a faits et de sa contribution au processus qui m’a menée où je suis aujourd’hui. »

Kenin, une Américaine âgée de 22 ans, occupe le quatrième rang au classement de la WTA.

Le père de Kenin a été une présence constante auprès d’elle sur le circuit féminin et dans les gradins. Il lui est arrivé de recevoir des avertissements de la part d’arbitres en chef pour avoir donné des conseils à sa fille pendant des matchs, ce qui est interdit lors des tournois du Grand Chelem.

Ça s’est produit en quatrième ronde des Internationaux de France lorsque Alex Kenin a changé de siège et s’est installé à côté de l’entraîneur de la rivale de Sofia.

Kenin n’avait atteint la quatrième ronde qu’une seule fois à un tournoi du Grand Chelem avant de signer son premier triomphe, en Australie, l’année dernière. Elle a ajouté une qualification jusqu’à la finale des Internationaux de France en octobre avant de s’incliner face à Iga Swiatek, une adolescente originaire de la Pologne.

Elle connaît cependant un difficile début de saison, avec un dossier cumulatif de 7-7 alors que s’amorcera l’Omnium d’Italie, sur terre battue, la semaine prochaine.

À sa première présence à un tournoi du Grand Chelem dans le rôle de championne en titre, elle a subi l’élimination dès le deuxième tour, en deux manches contre Kaia Kanepi en février à Melbourne.

Ce fut le début d’une séquence lors de laquelle Kenin a perdu cinq de ses six plus récentes sorties.

« Je suis impatiente de voir ce que l’avenir me réserve et j’ai hâte de bâtir une nouvelle équipe technique au cours des prochaines semaines », a également écrit Kenin, vendredi.

« Je suis impatiente de retourner sur les courts la semaine prochaine à Rome. »

Les Internationaux de France commenceront le 30 mai.