(Melbourne) Denis Shapovalov a couronné la journée parfaite du Canada aux Internationaux de tennis d’Australie grâce à une victoire aux dépens du jeune italien Jannik Sinner, lundi, à Melbourne Park.

Mis à jour le 8 févr. 2021
La Presse Canadienne

Shapovalov et Sinner se sont livré un duel enlevant qui a duré presque quatre heures et c’est finalement l’Ontarien qui l’a emporté 3-6, 6-3, 6-2, 4-6, 6-4.

Sinner, âgé de 19 ans, a décroché dimanche son deuxième titre ATP, en battant son compatriote Stefano Travaglia —7-6 (4), 6-4 — en finale du Great Ocean Road Open.

Shapovalov s’est quelque peu compliqué la tâche dans ce match avec un total de 71 fautes directes et neuf doubles fautes. Il s’est repris avec 12 as et 62 coups gagnants.

Duel mémorable

Que ce soit les joueurs et les amateurs inconditionnels de tennis, on se souviendra longtemps de ce match qui a mis fin à cette journée d’ouverture du premier tournoi majeur de l’année.

PHOTO WILLIAM WEST, AGENCE FRANCE-PRESSE

Félix Auger-Aliassime

« Je pense, assurément, que nous avons offert tous les deux du tennis incroyable aujourd’hui, a confié Shapovalov. Honnêtement, Jannik est super talentueux. C’est un joueur tellement incroyable. Vous savez, c’est un gars formidable, un excellent travailleur. Je suis sûr qu’il est va être un adversaire très, très difficile à affronter à l’avenir. »

Pour Sinner, c’est une élimination prématurée à son cinquième tournoi majeur et un mois en montagne russe en Australie. Et à la toute fin, il a eu l’occasion de forcer un autre jeu. Il a sauvé une balle de match et a ensuite obtenu une balle de bris lorsque Shapovalov a commis une double faute à égalité, mais il a raté de peu son coup droit dans le corridor.

Depuis sa défaite face à Rafael Nadal en quarts de finale de Roland-Garros, Sinner a décroché ses deux premiers titres ATP consécutivement. Il est le plus jeune à le faire depuis Nadal en 2005 et on lui prédit bien d’autres succès.

Après sa défaite contre Shapovalov, il s’est montré circonspect.

PHOTO ANDY BROWNBILL, ASSOCIATED PRESS

Milos Raonic

« De toute évidence, j’ai commencé à ressentir un peu de fatigue, mais je pense que je peux apprendre beaucoup de choses, a dit Sinner. Je suis déjà impatient de disputer le prochain tournoi avec la bonne attitude. »

Shapovalov, âgé de 21 ans et dans la position peu habituelle d’être le gars plus âgé sur le court, a admis que son expérience avait fait la différence.

PHOTO HAMISH BLAIR, ASSOCIATED PRESS

Bianca Andreescu

« J’ai pu me reposer ces deux derniers jours, et il a dû jouer des matchs difficiles, très difficiles. Il a joué hier (dimanche) la finale, a mentionné Shapovalov. Ce n’est certainement jamais facile avant un Grand Chelem, mais j’y pensais et cela m’a certainement mis un peu en confiance. J’avais l’impression d’être probablement le gars le plus frais sur le terrain. »

Cette situation sera inversée au deuxième tour lorsqu’il affrontera le vétéran australien Bernard Tomic, qui a eu un parcours plus facile lorsque Yuichi Sugita a abandonné en raison d’une blessure lors d’une pause à la troisième manche.

Succès canadiens

Cette victoire de Shapovalov a donc permis aux cinq représentants canadiens au programme, lundi, de franchir le premier tour avec succès.

Auparavant le Québécois Félix Auger-Aliassime s’était imposé en trois manches — 6-2, 6-4, 6-2 — face à l’Allemand Cedrik-Marcel Stebe.

Auger-Aliassime, finaliste la veille du tournoi préparatoire du tournoi Murray Open, a totalisé sept as et 25 coups gagnants, mais il a néanmoins commis 25 fautes directes. Il a également sauvé six des neuf balles de bris contre lui.

Il affrontera l’Australien James Duckworth au prochain tour.

Son coéquipier Milos Raonic n’a pour sa part eu aucune difficulté à se défaire de l’Argentin Federico Coria, qu’il a vaincu 6-3, 6-3, 6-2 en 1 h 35 minutes.

Raonic a amassé 17 as et 51 coups gagnants et n’a fait face qu’à deux balles de bris, qu’il a empêché son rival de convertir.

Au tableau féminin, la Torontoise Bianca Andreescu, huitième tête de série, a réalisé un retour victorieux à la compétition. Elle a difficilement vaincu la Roumaine Mihaela Buzarnescu 6-2, 4-6, 6-3.

Elle a réussi trois as et 27 coups gagnants, mais elle a totalisé 34 fautes directes.

Plus tôt, Rebecca Marino a signé une victoire de 6-0, 7-6 (9) contre l’Australienne Kimberly Birrell.

Issue des qualifications, la Torontoise de 30 ans n’a eu besoin que de 23 minutes pour boucler la première manche face à sa rivale de 22 ans, classée 747e au monde et détentrice d’un laissez-passer des organisateurs.

Pendant cette première manche, Marino n’a fait face à aucune balle de bris et a gagné un point de plus à son service — 12 — que le total de Birrell pendant tout ce set.

La bataille a été beaucoup plus ardue pour Marino en deuxième manche. La Canadienne a eu besoin de 78 minutes et de huit balles de match pour éliminer Birrell au bris d’égalité.

Pour Marino, il s’agissait d’une première participation à un tournoi du Grand Chelem depuis 2013.

En juillet 2011, elle a grimpé jusqu’au 38e rang du classement mondial, mais des ennuis personnels et physiques ont fait qu’elle s’est présentée à Melbourne au 316e échelon.