Depuis le début de l’année, Félix Auger-Aliassime a une raison de plus de se réjouir chaque fois qu’il marque un point.

Simon Drouin Simon Drouin
La Presse

Le tennisman de 19 ans a annoncé vendredi le lancement d’une campagne de financement pour un programme destiné aux enfants dans le besoin au Togo, pays d’origine de son père.

« J’ai la chance d’avoir une carrière qui m’a beaucoup apporté et j’aimerais lui donner un sens au-delà du tennis », a expliqué Auger-Aliassime dans une vidéo diffusée sur ses plateformes de réseaux sociaux.

> Voyez la vidéo sur YouTube

Dans le cadre de #faapointsforchange, il donnera 5 $ chaque fois qu’il inscrit un point en match officiel. À titre de partenaire, la banque française BNP Paribas triplera la mise, pour un total de 20 $ US pour chaque point gagné.

Les fonds recueillis financeront le programme EduChange mis en place par l’ONG Care pour l’éducation des enfants dans la région de la Kara, l’une des plus pauvres du Togo.

« Le tennis est un sport incroyable qui m’a enseigné – et continue de m’enseigner – bon nombre de choses, notamment le travail assidu, la persévérance et l’humilité », a exprimé le Québécois dans un communiqué.

Je souhaite transporter ces valeurs à l’extérieur des courts afin d’avoir un impact positif, car je suis un joueur de tennis, mais également un citoyen du monde.

Félix Auger-Aliassime

Le comptage des points a commencé lors de son premier match de l’année, le 3 janvier, à la Coupe de l’ATP en Australie. Il en avait alors marqué 54 dans une victoire au premier tour (6-1 et 6-3) contre le Grec Michail Pervolarakis, ce qui a permis d’amasser 1080 $.

Sa dernière défaite (6-7 et 5-7) à l’Omnium Sud de France face à Pierre-Hugues Herbert, jeudi, à Montpellier, a gonflé la cagnotte de 1300 $.

Un compteur sur le site wearetennis.bnpparibas suit en direct l’évolution de la campagne. Ainsi, il a réussi 768 points depuis le début de l’année. Ce total se traduit par une récolte de 15 360 $ pour EduChange.

> Découvrez la campagne #faapointsforchange

Le 21e joueur mondial a lui-même choisi le Togo, pays d’origine de son père, Sam Aliassime, comme bénéficiaire de sa campagne. Déjà implantée dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, l’association Care assure la mise en œuvre du programme. La région de la Kara, dont la population est estimée à 828 000 habitants, a été identifiée comme l’une des plus défavorisées.

EduChange s’articule autour de quatre axes : l’accès à l’éducation et au sport, la formation professionnelle d’adolescents et le soutien économique des parents d’élèves.

Selon le communiqué, un match gagné (50 points) permettra, par exemple, de distribuer du matériel pédagogique à quatre écoles pour toute une année scolaire. D’une durée minimale d’un an, EduChange touchera 2700 bénéficiaires directs et 18 000 bénéficiaires indirects.

« Je souhaite apporter ma contribution à l’avenir des jeunes générations, notamment des plus défavorisées, et je suis heureux de pouvoir le faire grâce au tennis », a mentionné Auger-Aliassime.

Après son revers au deuxième tour à Montpellier, Auger-Aliassime disputera la semaine prochaine le tournoi de Rotterdam (ATP500), où il s’était incliné en première ronde en 2018.