(Melbourne) Tandis que des messages diffusés sur les écrans géants des Internationaux d’Australie prévenaient les spectateurs « d’être vigilants, car la qualité de l’air peut varier » samedi, Roger Federer et Rafael Nadal semblaient certains que tout ira bien lors du premier tournoi majeur de la campagne — en dépit des nuages de fumée qui proviennent des brasiers à plus de 160 kilomètres de Melbourne Park.

Howard Fendrich
Associated Press

Le voile qui recouvre le secteur s’est légèrement dissipé à l’approche du coup d’envoi des activités lundi, mais même si les choses s’aggravent, les détenteurs d’un total de 39 titres du Grand Chelem en carrière faisaient partie des joueurs qui croient que les organisateurs du tournoi feront tout en leur pouvoir pour s’assurer de leur bien-être pendant le tournoi.

Federer et Nadal ont chacun indiqué qu’ils étaient allés rencontrer le directeur du tournoi afin de comprendre l’état de la situation, après que des informations diffusées dans les médias australiens recommandaient aux gens de rester à l’intérieur. Le processus de qualifications s’est tout de même déroulé à l’extérieur.

PHOTO LEE JIN-MAN, ASSOCIATED PRESS

Rafael Nadal

Mardi, une joueuse s’est effondrée après avoir été prise d’une vilaine quinte de toux ; un autre a demandé l’intervention d’un thérapeute puisqu’il éprouvait de la difficulté à respirer.

« J’ai dit : "Je crois que nous sommes confus. Est-ce super dangereux, ou si c’est sécuritaire de jouer ?", a évoqué Federer. Je leur ai dit : "Écoutez, je crois que la clé réside dans la communication entre nous, entre nous tous. Nous avons besoin d’avoir l’heure juste". Parce que j’avais l’impression qu’il me manquait des éléments pour prendre ma décision. »

Il y a deux semaines, tandis que les incendies de forêt faisaient rage sur la côte est de l’Australie, entraînant la mort d’une vingtaine de personnes et de millions d’animaux, le champion en titre Novak Djokovic se questionnait à haute voix à savoir si le tournoi ne devrait pas être repoussé jusqu’à ce que les conditions s’améliorent. Le directeur du tournoi Craig Tiley a rappelé que trois stades sont couverts d’un toit rétractable, en plus des huit terrains intérieurs, qui pourraient être exceptionnellement utilisés.

PHOTO MICHAEL DODGE, AAP IMAGE/REUTERS

De la fumée provoquée par les incendies de forêt recouvrait le ciel de Melbourne, mercredi.

Évidemment, tous espèrent que les organisateurs ne se rendront pas jusque-là. La pluie est prévue pour quatre des cinq prochains jours, ce qui pourrait faciliter la tâche des organisateurs.

Nadal, le favori du tournoi, a déclaré que des mesures de la qualité de l’air sont prises toutes les quatre minutes, et que les critères pour qualifier la qualité de l’air de « bonne » sont plus sévères que ceux utilisés par le Comité international olympique.

« Je ne peux pas croire que le comité le plus influent au monde souhaite que les athlètes souffrent des mauvaises conditions, a dit Nadal. Donc, leur réponse m’a convaincu. Je suis ici pour jouer. »