Félix Auger-Aliassime a subi un sixième revers en six présences en finale depuis le début de sa jeune carrière, dimanche en Allemagne. Une situation qui semble commencer à l’agacer.

Frédérick Duchesneau Frédérick Duchesneau
La Presse

« J’ai été mauvais du début à la fin », a commenté Auger-Aliassime en amorce d’un point de presse expéditif de 1 min 41 s. Il s’est incliné devant Alexander Zverev – à la fois favori du tournoi et favori local – en deux manches de 6-3. Si la conférence de presse a été courte, le match aussi : 1 h 20 min et c’était plié pour le grand Allemand.

« Encore une fois, dans une finale, ç’a été difficile, a résumé le Québécois, troisième favori du tournoi. Je ne suis pas capable de jouer mon match. C’est difficile à accepter. Je n’ai pas beaucoup à dire, à part que je suis déçu de mon niveau aujourd’hui, globalement. »

PHOTO MARTIN MEISSNER, ASSOCIATED PRESS

Alexander Zverev et Félix Auger-Aliassime

À un journaliste qui lui rappelait qu’il s’agissait tout de même déjà d’une sixième finale pour lui, il a offert une réponse qui trahissait une certaine impatience face à ses échecs répétés dans cette situation.

« Oui, ce chiffre est bon, mais un jour, je devrai trouver une façon de gagner l’une d’elles », a-t-il répondu.

Ironiquement, le Canadien, âgé de 20 ans seulement, rappelons-le, devenait le plus jeune à atteindre une finale pour la sixième fois depuis… Alexander Zverev, en 2017. Ce dernier avait lui aussi 20 ans à ce moment.

Auger-Aliassime n’a toujours pas gagné une manche (0-12) au cours de ces six finales, qui ont pour la plupart été perdues contre des joueurs de haut niveau, cela dit. Outre Zverev, septième joueur mondial, ses deux finales perdues cette année l’ont été contre Stéfanos Tsitsipás et Gaël Monfils. L’an dernier, c’était contre Matteo Berrettini, Benoît Paire et Laslo Djere.

Sur le terrain, après avoir félicité son adversaire, Auger-Aliassime a élégamment souligné le travail de l’organisation, qui a rapidement mis sur pied ce tournoi dans les conditions difficiles que l’on connaît.

PHOTO INA FASSBENDER, AGENCE FRANCE-PRESSE

On remet ça, d’ailleurs, à Cologne, dès lundi, pour un deuxième tournoi de suite au même endroit. Auger-Aliassime y est de nouveau inscrit, et son compatriote Denis Shapovalov sera également de la partie. Ils sont respectivement cinquième et troisième favoris et bénéficieront tous deux d’un laissez-passer au premier tour.

Zverev tentera de remporter le titre pour la deuxième fois de suite, alors qu’il sera encore le favori. Il se trouve dans la moitié de tableau de Shapovalov, pas dans celle d’Auger-Aliassime.

Nerveux

Contre Zverev, le jeune Canadien n’a jamais été réellement dans le coup, après un mauvais départ.

Nervosité ? Excès de fébrilité ? Quoi qu’il en soit, Auger-Aliassime, 22e au classement mondial, a été brisé dès le premier jeu, au cours duquel il a commis une double faute au deuxième point.

Zverev a enchaîné très facilement au service, et le Québécois était déjà en difficulté dans ce premier set. Le groupe, très dynamique, qui jouait pendant les pauses ne l’aura pas sorti de ce mauvais pas.

Alors qu’il servait pour la manche à 5-2, Zverev a offert un bris sur un plateau au Canadien, commettant une deuxième double faute dans la partie. La porte était entrouverte, mais l’Allemand a immédiatement brisé le service d’Auger-Aliassime, pour la troisième fois, se sauvant avec le premier set, 6-3.

Le Canadien a offert une meilleure opposition en début de deuxième manche. Mais ce ne fut pas suffisant.

Après avoir brisé au sixième jeu, l’Allemand a pourtant nettement manqué de concentration au jeu suivant, comme en fin de première manche, péchant de nouveau par doubles fautes. Mais cette fois, il a pu récupérer d’un 15-40 et se sauver avec ce crucial septième jeu.

À 6-3 et 5-2, c’était pour ainsi dire dans la poche. Zverev a mis la main sur au moins un titre pour la cinquième année de suite. À 23 ans, il s’agit de son 12e, son quatrième en salle.

Ses cinq doubles fautes mises à part, Alexander Zverev a été solide au service, remportant notamment 80 % des points sur sa première balle. Au total, il a enlevé 58 % des points dans chacune des manches.

« Félix, tu es un joueur incroyable. Je sais que ça ne signifie pas grand-chose en ce moment, mais je suis convaincu que non seulement tu gagneras un titre, tu en gagneras plusieurs dans ta carrière, et de bien plus importants que celui-ci », a dit le champion à son jeune adversaire lors de la cérémonie d’après-tournoi.

Auger-Aliassime n’a pas encore volé une manche à Zverev, qu’il affrontait pour la troisième fois. Il avait fait sensation à deux reprises contre Tsitsipás l’an dernier, mais a depuis perdu huit matchs de suite contre des joueurs du top 10.

Une autre statistique qu’il a sûrement bien hâte d’effacer de sa fiche. Mais, foi d’Alexander Zverev, ce moment pourrait se produire très bientôt.