(Paris) Nadia Podoroska est devenue la première joueuse qualifiée de l’ère moderne à se retrouver dans le carré d’as des Internationaux de tennis de France, mardi.

Presse Canadienne

L’Argentine, 131e raquette mondiale, a lancé sa raquette vers le ciel après avoir renversé la troisième tête de série Elina Svitolina 6-2, 6-4 sur le terrain du stade Philippe Chatrier. L’Ukrainienne ne pourra donc participer à une troisième demi-finale à ses quatre derniers tournois du Grand Chelem.

PHOTO MICHEL EULER, AP

L’Argentine Nadia Podoroska a lancé sa raquette vers le ciel après avoir vaincu l’Ukrainienne Elina Svitolina 6-2, 6-4.

Podoroska est seulement la troisième qualifiée de l’ère moderne — qui a commencé en 1968 — à atteindre les demi-finales d’un tournoi majeur, et la première depuis Alexandra Stevenson à Wimbledon en 1999.

« Bien des choses n’ont pas joué en ma faveur, a dit Svitolina. Je n’étais pas prête à 100 pour cent mentalement aujourd’hui, et ça m’a beaucoup déçue. »

Alors qu’elle était au service à 4-5, Svitolina a sauvé deux balles de match. La deuxième a été effacée grâce à un bel amorti coupé au filet, pour couronner un échange de 27 coups.

Mais avec sa troisième balle de match, Podoroska a frappé un puissant coup droit gagnant avant de lancer sa raquette vers le ciel.

Podoroska pourrait affronter une autre joueuse qualifiée en demi-finales, à condition que l’Italienne Martina Trevisan vienne à bout de la Polonaise Iga Swiatek plus tard aujourd’hui.

Un duel américain Collins-Kenin en vue

Plus tôt mardi, l’Américaine Danielle Collins a accédé aux quarts de finale à Paris pour la première fois, après avoir difficilement évincé la 30e tête de série Ons Jabeur 6-4, 4-6, 6-4.

PHOTO THOMAS SAMSON, AGENCE FRANCE-PRESSE

L’Américaine Danielle Collins lors de son match contre la Tunisienne Ons Jabeur.

Collins a disputé les Internationaux des États-Unis le mois dernier sans entraîneur, mais à Roland-Garros — où elle n’avait jamais franchi le deuxième tour en deux participations — elle a rejoint Nicolas Almagro. L’Espagnol, qui a déjà occupé le neuvième rang mondial, a gagné chacun de ses 13 titres en carrière sur la terre battue.

« Nico et moi avons commencé à travailler ensemble la semaine dernière. Je n’avais pas d’entraîneur aux Internationaux des États-Unis, donc j’ai essayé de trouver quelqu’un ici, a déclaré Collins après sa victoire. Heureusement, je suis parvenue à trouver quelqu’un avec une impressionnante feuille de route, qui a fait partie du top-10 mondial. »

Collins, qui n’est pas classée dans le tournoi, croisera le fer avec sa compatriote Sofia Kenin, quatrième tête de série.

Elle a pris le contrôle de la deuxième manche 3-0, avant de voir son adversaire tunisienne s’adjuger les cinq jeux suivants.

« J’avais l’impression d’être dans le siège du conducteur jusqu’à 6-4, 3-0. Mais elle est rusée, et elle a très bien joué, en effectuant une série d’amortis que je n’ai pas su anticiper, a expliqué Collins. Ç’a brisé mon rythme, et j’ai perdu quelque peu mes repères. J’ai simplement essayé de me ressaisir, de rester optimiste. »

Jabeur avait accédé aux quarts de finale des Internationaux d’Australie plus tôt cette année. Elle n’avait jamais été aussi loin en carrière à Roland-Garros, tandis que Collins n’avait jamais franchi le deuxième tour.

L’Américaine pourrait maintenant se qualifier pour les demi-finales d’un tournoi du Grand Chelem pour la deuxième fois, après avoir accompli l’exploit aux Internationaux d’Australie l’an dernier.