(Paris) Denis Shapovalov a mérité sa place au deuxième tour à Roland-Garros, mardi.

La Presse Canadienne

L’Ontarien, neuvième tête de série, a battu le Français Gilles Simon, 6-2, 7-5, 5-7 et 6-3, à l’étape parisienne du Grand Chelem.

Il y a eu 18 bris, dont 11 en faveur du Canadien ; Simon a commis 12 doubles fautes. Shapovalov devait notamment éviter de se laisser distraire quand Simon argumentait avec l’arbitre.

« Ce n’était vraiment pas évident, surtout quand je servais pour le deuxième set, à 30-0, a dit Shapovalov. Ils ont parlé assez longuement. »

« Parfois, c’est dur de rester concentré, mais j’essaie juste de rester dans ma bulle. Je travaille avec un psychologue pour un peu intégrer quelques routines dans mes matchs. Ça m’aide à garder ma concentration.

« Je pense avoir fait du très beau travail sur ce plan [lundi], parce que des choses comme ça peuvent vous faire sortir de votre zone un peu. »

Shapovalov a montré un taux de réussite de 71 % au filet.

« J’essayais d’y monter aux bons moments, a-t-il dit. Ça n’a pas toujours réussi, mais je lui ai compliqué la tâche pour les passings. Et de jouer souvent en double m’a beaucoup aidé pour les volées. »

Dernier espoir canadien

Shapovalov est le dernier espoir de son pays en simple masculin, à Paris. Vasek Pospisil a perdu plus tôt mardi, tandis que le Québécois Félix Auger-Aliassime et le Torontois Steven Diez ont été vaincus au premier tour.

Shapovalov préfère une surface dure, mais il vient de se rendre en demi-finale à l’Omnium d’Italie, sur terre battue. Ça l’a propulsé dans le top 10 mondial pour la première fois de sa carrière.

Shapovalov, 21 ans, a atteint les quarts de finale à Flushing Meadows. Son prochain rival sera l’Espagnol Roberto Carballés Baena, 101e au monde.

« Je ne le connais pas beaucoup, a dit Shapovalov. Je ne l’ai jamais affronté. Sur cette surface et dans ces conditions, j’ai le sentiment que chaque match peut aller d’un côté ou de l’autre. Ça va être un défi. »

Pospisil, de Vancouver, s’est incliné 6-3, 6-1 et 6-3 devant l’Italien Matteo Berrettini, septième tête de série. La terre battue n’est pas la surface préférée de Pospisil, dont le palmarès en carrière à Roland-Garros est de 0-7.

PHOTO MARTIN BUREAU, AGENCE FRANCE-PRESSE

Vasek Pospisil lors de son match contre l’Italien Matteo Berrettini

Le tournoi de Pospisil n’est cependant pas terminé puisqu’il joue en double avec l’Américain Jack Sock. Le duo affrontera Shapovalov et l’Indien Rohan Bopanna au premier tour.

Au tableau féminin, la Montréalaise Eugenie Bouchard et la Lavalloise Leylah Annie Fernandez se sont qualifiées pour le deuxième tour. Bouchard affrontera l’Australienne Daria Gavrilova mercredi.