Le bel élan de joueurs canadiens s’est brisé lundi à New York, avec les éliminations de Félix Auger-Aliassime et de Vasek Pospisil au quatrième tour du simple masculin. Denis Shapovalov sera donc le seul représentant canadien en quarts de finale.

Michel Marois
Michel Marois La Presse

Félix Auger-Aliassime est tombé contre plus fort que lui, lundi, au quatrième tour des Internationaux de tennis des États-Unis. Opposé au deuxième favori du tournoi, l’Autrichien Dominic Thiem, le Québécois s’est incliné 7-6 (4), 6-1 et 6-1.

« Cela a été difficile, comme le montre le résultat, a expliqué le joueur de 20 ans en visioconférence. Au début du match, je me sentais un peu tendu et je ne crois pas que nous étions à notre meilleur niveau. J’ai quand même pu reprendre un bris de service et je me suis donné une chance de remporter la première manche, mais j’ai raté des coups à des moments importants.

« Nous avons ensuite eu quelques bons échanges au début de la deuxième manche, mais il a réussi un bris, et cela l’a mis en confiance alors que moi, j’ai commencé à douter. Après ça, c’est devenu plus difficile. Il jouait très bien, avec beaucoup de poids dans ses balles, alors que moi, je jouais de plus en plus mal… »

Pour la première fois du tournoi, Auger-Aliassime n’a jamais été en mesure de trouver la bonne stratégie devant un adversaire qui restait loin derrière la ligne de fond pour retourner tous les coups de son rival. Il a commis deux fois plus de fautes directes que Thiem (51-24), et même s’il a réussi 12 as, il a subi pas moins de six bris de service, alors qu’il n’en avait cédé qu’un seul en trois matchs depuis le début du tournoi.

Deux fois finalistes en Grand Chelem (Roland-Garros en 2019 et Australie en 2020), Thiem est visiblement prêt, à 27 ans, à briguer un premier grand sacre.

« C’est un joueur qui a déjà beaucoup d’expérience dans ces tournois, a rappelé Auger-Aliassime. Il a joué en finale, il est habitué de jouer avec la pression des dernières rondes. J’avais l’impression qu’il réussissait tout un peu mieux que moi.

« Je vais revoir ce match pour apprendre ce que je peux améliorer dans mon jeu face à ces joueurs du top 5. Et je crois que je vais aussi me concentrer sur les aspects positifs de cette semaine. »

Mes trois premiers matchs étaient très bons, très intéressants, et je crois que je peux en retenir plusieurs points positifs.

Félix Auger-Aliassime

Et si Auger-Aliassime estime aussi avoir vécu une expérience globalement positive dans la bulle mise en place par l’USTA au Centre national de tennis – et qu’il en repartira plus riche de 250 000 $ US –, il n’entend pas traîner à New York.

« En principe, je devrais partir pour l’Europe d’ici 48 heures, a-t-il expliqué. Notre plan est toujours de disputer les tournois de Rome et de Roland-Garros, et le premier commence au début de la semaine prochaine. »

Forfait à Paris l’année dernière en raison d’une blessure subie deux jours avant le début du tournoi, en finale de l’Open Parc de Lyon, Auger-Aliassime a toujours été à l’aise sur la terre battue. Il pourrait donc avoir de belles cartes à jouer au cours des prochaines semaines.

Thiem aussi d’ailleurs, puisqu’il avait affronté Rafael Nadal l’année dernière en finale après avoir éliminé Novak Djokovic. L’Autrichien va toutefois d’abord se concentrer sur les Internationaux des États-Unis, où il est le joueur le mieux classé encore en lice. Il affrontera en quarts de finale l’Australien Alex de Minaur, un autre représentant de la nouvelle génération, à 21 ans.

En conférence de presse, Thiem a estimé qu’Auger-Aliassime était peut-être le meilleur joueur du groupe : « Il est déjà super bon, alors qu’il a encore plusieurs choses à améliorer à son âge. Cela le rend encore plus dangereux, puisqu’il a un tel potentiel dans tous ses coups.

« J’ai joué un très bon match, sûrement mon meilleur depuis la reprise du jeu en Amérique. Je suis très heureux du résultat, mais ça ne change pas mon opinion sur le talent de Félix et sur ce qu’il est capable d’accomplir. »

Pospisil à bout de ressources

Un peu inattendu en deuxième semaine du tournoi, Vasek Pospisil a été rattrapé par la fatigue, lundi, en cédant 7-6 (6), 6-3 et 6-2 devant de Minaur, 28e mondial et 21e favori à New York.

Le joueur de 30 ans, qui n’avait plus fait aussi bien en Grand Chelem depuis 2015, a fait illusion jusqu’au bris d’égalité de la première manche, quand il a mené 6-2. Il n’a toutefois pu concrétiser son avantage et n’a plus jamais été en mesure d’inquiéter de Minaur par la suite.

PHOTO SETH WENIG, THE ASSOCIATED PRESS

Vasek Pospisil

Gêné par des blessures musculaires à l’abdomen et à la jambe droite, Pospisil avait fort à faire devant un joueur de 21 ans réputé pour son agilité et ses qualités athlétiques.

« Je ne me sentais pas très bien physiquement et cela s’est empiré à mesure que le match avançait, a expliqué le Canadien en visioconférence. Cela m’a surtout gêné au service, ce qui est embêtant pour moi, car c’est un des atouts de mon jeu.

« Dans le bris d’égalité, j’ai bien joué, mais il [de Minaur] n’a jamais cessé de se battre et il est revenu avec de très bons coups. Peut-être aurais-je dû ralentir un peu, tenter de mettre un peu plus de pression sur ses deuxièmes balles, mais il était nettement en meilleure forme que moi.

« C’est l’un des joueurs les plus rapides du circuit, avec Gaël Monfils, a poursuivi Pospisil. Il se déplace facilement d’un côté à l’autre du court et ne semble jamais à bout de souffle. C’est vraiment difficile d’affronter un joueur comme lui, particulièrement dans un match de cinq manches. »

Revenu au premier plan l’automne dernier avec de superbes performances en Coupe Davis, Pospisil a confirmé à New York qu’il avait les moyens pour revenir au niveau du top 30, comme il l’avait fait au milieu des années 2010.

« Il y a à peine 18 mois [après une intervention chirurgicale au dos], je n’étais pas certain de pouvoir jouer encore à un niveau convenable, a-t-il rappelé. Je suis déçu en ce moment, car j’aurais voulu avoir plus d’énergie pour un match de cette importance, mais j’ai fait de mon mieux et je pense que je peux retenir plein des choses positives des derniers jours.

J’ai eu un bon tournoi, avec trois belles victoires contre des joueurs bien classés. Je joue du très bon tennis et j’espère pouvoir continuer sur cette lancée.

Vasek Pospisil

Sa qualification au quatrième tour va permettre à Pospisil de toucher un chèque de 250 000 $ US et il devrait passer du 94e au 72e rang du classement mondial.

Le Canadien va maintenant tenter de récupérer physiquement en préparation pour le tournoi de Roland-Garros, à la fin du mois. Et il va pouvoir consacrer un peu de temps à la mise sur pied de l’association des joueurs, dont la création a été annoncée au début des Internationaux des États-Unis et dont il est l’un des meneurs, avec Novak Djokovic.

Dabrowski et Shapovalov s’inclinent en double

Deux Canadiens jouaient en quarts de finale du double, lundi, et ils ont également subi la défaite. Chez les femmes, Gabriela Dabrowski et l’Américaine Alison Riske se sont inclinées 6-4 et 6-2 devant les Américaines Taylor Townsend et Asia Muhammad. Chez les hommes, Denis Shapovalov et l’Indien Rohan Bopanna ont perdu contre le Néerlandais Jean-Julien Rojer et le Roumain Horia Tecău en deux manches de 7-5 et 7-5. Shapovalov est donc le dernier joueur canadien en lice, en simple, où il est le 12e favori. Il affrontera mardi soir en quarts de finale l’Espagnol Pablo Carreno Busta (20e).

Un nouveau champion !

Pour la première fois depuis 2014, un nouveau champion sera couronné en Grand Chelem. Le Croate Marin Čilić avait été le dernier à remporter un premier grand titre, cette année-là, aux Internationaux des États-Unis. En comparaison, il y a eu 11 nouvelles championnes pendant la même période. Par ailleurs, c’est seulement la deuxième fois de l’ère moderne du tennis qu’aucun ancien champion n’est qualifié pour les quarts de finale d’un tournoi du Grand Chelem. Cela ne s’était produit qu’à Wimbledon, en 2003, quand un certain Roger Federer avait remporté son premier grand tournoi, à 21 ans. Cinq des huit joueurs qualifiés pour les quarts de finale ont 23 ans ou moins, deux d’entre eux, Denis Shapovalov et Alex de Minaur, ayant 21 ans.

Résultats de la 8e journée des Internationaux des États-Unis

Simple messieurs

Andrey Rublev (RUS/N.10) bat Matteo Berrettini (ITA/N.6) 4-6, 6-3, 6-3, 6-3

Daniil Medvedev (RUS/N.3) bat Frances Tiafoe (USA) 6-4, 6-1, 6-0

Alex De Minaur (AUS/N.21) bat Vasek Pospisil (CAN) 7-6 (8/6), 6-3, 6-2

Dominic Thiem (AUT/N.2) bat Félix Auger-Aliassime (CAN/N.15) 7-6 (7/4), 6-1, 6-1

Simple dames

Tsvetana Pironkova (BUL) bat Alizé Cornet (FRA) 6-4, 6-7 (5/7), 6-3

Serena Williams (USA/N.3) bat Maria Sakkari (GRE/N.15) 6-3, 6-7 (6/8), 6-3

Victoria Azarenka (BLR) bat Karolína Muchová (CZE/N.20) 5-7, 6-1, 6-4

Elise Mertens (BEL/N.16) bat Sofia Kenin (USA/N.2) 6-3, 6-3