(New York) La Japonaise Naomi Osaka, qui devait jouer jeudi une demi-finale du tournoi WTA de Cincinnati (États-Unis), a annoncé mercredi qu’elle se retirait du tableau pour protester contre les tirs de la police sur l’Afro-Américain Jacob Blake.

Agence France-Presse

« En tant que femme noire, j’ai l’impression qu’il y a des questions beaucoup plus importantes qui nécessitent une attention immédiate, plutôt que de me regarder jouer au tennis », a déclaré dans un communiqué sur Twitter Naomi Osaka, née de mère japonaise et de père haïtien.

« Je ne m’attends pas à ce que quelque chose de radical se produise si je ne joue pas, mais si je peux engager une discussion dans un sport majoritairement blanc, je considère que c’est un pas dans la bonne direction », a-t-elle ajouté.

Naomi Osaka, lauréate de l’US Open 2018 et de l’Open d’Australie 2019, devait affronter la Belge Elise Mertens pour une place en finale dans la bulle de Flushing Meadows où est délocalisé le tournoi, coronavirus oblige, là même où doit débuter l’US Open à partir de lundi.  

La 10e joueuse mondiale a annoncé sa décision quelques heures après que les basketteurs des Bucks de Milwaukee ont boycotté leur match de séries éliminatoires contre le Magic d’Orlando.  

Cette initiative a obligé la NBA à reporter deux autres rencontres également prévues mercredi, Houston-Oklahoma City et Los Angeles Lakers-Portland, les joueurs de ces équipes ayant également opté pour un boycott.  

Un mouvement qui prend une grande ampleur puisque des équipes d’autres ligues sportives ont emboîté le pas des Bucks. En baseball (MLB), trois matchs ont été reportés, en soccer tous les matchs à l’exception d’un seul ont été également reportés.