Félix Auger-Aliassime s’est offert un retour à la compétition détendu, ce week-end sur la Côte d’Azur, en disputant trois matchs de l’Ultimate Tennis Showdown 2, une compétition de démonstration créée et organisée par le réputé entraîneur français Patrick Mouratoglou.

Michel Marois Michel Marois
La Presse

Opposé en finale à l’Allemand Alexander Zverev, 7e mondial, le joueur de 19 ans s’est incliné en manche supplémentaire, 19-10, 11-13, 11-18, 18-8 et 2-1. Rien pour enlever le sourire du visage du Canadien, quand même heureux d’avoir pu offrir un bon niveau de jeu après plusieurs mois d’inactivité.

Plus tôt dans la journée, Auger-Aliassime avait disposé en demi-finale du Français Richard Gasquet, 15-19, 17-12, 20-12 et 23-7. Samedi, dans un match de classement, le Canadien s’était déjà incliné de justesse en manche supplémentaire devant Zverev, 11-10, 15-14, 12-14, 11-14 et 2-1.

La formule du tournoi – avec des règles particulières, des matchs en quatre quarts de 12 minutes et l’obligation d’échanger avec les commentateurs pendant le court du match – se prêtait de toute évidence davantage à un spectacle qu’à une véritable compétition. Les joueurs se sont quand même pris au jeu et tant Zverev qu’Auger-Aliassime ont réussi d’excellents coups gagnants tout au long de leurs deux affrontements. Et les deux joueurs n’ont pas manqué de critiquer certaines décisions des juges de ligne.

En principe, Auger-Aliassime va maintenant préparer son retour à la compétition officielle à compter du 22 août à New York, où sera disputé l’Omnium Western and Southern, puis les Internationaux des États-Unis. La USTA a confirmé vendredi qu’elle croyait toujours possible de présenter les deux tournois dans un environnement sécuritaire et Auger-Aliassime a prévu quitter sa base de Monaco le 14 mai avec au moins une partie de son équipe. Si tout se passe bien, le 20e mondial rentrera ensuite en Europe pour une série de tournois sur la terre battue à Madrid, Rome et Paris (Roland-Garros). Les organisateurs espagnols ont toutefois laissé entendre ce week-end que l’augmentation récente des cas de COVID-19 en Espagne risquait d’entraîner l’annulation de l’Omnium de Madrid.

Bouchard et le Smash de Chicago s’inclinent en finale

Toujours en « tennis spectacle », Eugenie Bouchard et le Smash de Chicago se sont inclinés dimanche en finale de la World Team Tennis devant l’Empire de New York par un seul point, 21-20. La finale s’est jouée sur le dernier échange, un retour gagnant sur la ligne de Coco Vandeweghe de l’Empire, sur un service de Sloane Stephens du Smash.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Eugenie Bouchard

Depuis trois semaines, les équipes avaient été réunies et isolées au Greenbrier, un luxueux hôtel de villégiature de la Virginie occidentale. Afin de minimiser les risques, les officiels avaient imposé des règles très strictes tout en demandant aux joueurs de s’impliquer dans l’organisation, en jouant les chasseurs de balles notamment. Tous s’y sont prêtés de bonne grâce à l’exception de Danielle Collins, qui a été suspendue après avoir quitté l’hôtel de façon inopinée.

En entrevue au site Tennis.com, Bouchard a expliqué : « Nous n’avons pas beaucoup d’occasions de jouer en ce moment en raison de tous les tournois officiels annulés et, avec mon classement, j’étais heureuse de pouvoir être de la WTT ». Actuellement 332e mondiale, Bouchard ne peut obtenir d’entrée directe dans les tournois de la WTA ni même dans les qualifications. Sa popularité auprès des amateurs lui permet toutefois encore de recevoir quelques invitations et elle a obtenu un laissez-passer pour le tournoi de Prague, à compter du 10 août. Elle pourrait ensuite revenir à New York pour les qualifications de l’omnium Western and Southern et des Internationaux des États-Unis.

« On verra ce qui va se produire, a souligné Bouchard. Je pense que les tournois de Palerme (en court), Prague et Lexington vont avoir lieu comme prévu. Pour ma part, je vais avoir beaucoup de pression sur les épaules, car je n’aurai littéralement qu’une seule chance de marquer des points. Ce sera ma seule opportunité, mon seul tournoi en six mois et je devrai être prête. »