(Longueuil) Le fiasco de l’Adria Tour aura du positif pour la suite de la saison de tennis en 2020, croit le vice-président de Tennis Canada et directeur de la Coupe Rogers de Montréal, Eugène Lapierre.

Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse canadienne

L’Adria Tour, une série de matchs promotionnels mise sur pied par Novak Djokovic en Serbie et en Croatie au début du mois de juin, a entraîné une vague d’éclosions du coronavirus. Djokovic, sa femme, ainsi que plusieurs joueurs qui y ont participé, dont Grigor Dimitrov, Borna Coric et Viktor Troicki, l’ont aussi contracté.

« Je pense que tout le monde veut retourner sur le terrain le plus vite possible — il y a eu l’Adria Tour, l’Ultimate Tennis Showdown et le tournoi sur invitations cette semaine à Charleston —, afin de se préparer pour la relance officielle des activités. C’est louable, mais ce qui s’est produit là-bas (avec l’Adria Tour), ç’a mis en lumière le fait qu’il n’y a rien de régler encore. Si on met des matchs en place, alors il faudra suivre des mesures extrêmes. Je pense donc que le mea culpa que Djokovic a fait cette semaine, ç’a été bon de le voir s’excuser aussi rapidement », a d’abord évoqué Lapierre en entretien téléphonique avec La Presse canadienne vendredi.

Ainsi, selon Lapierre, cette éclosion conscientisera les joueurs sur la nécessité de jouer de prudence autant lorsqu’ils se retrouveront sur le terrain, qu’à l’extérieur de celui-ci.

« Tout ça va servir à ceci : il y aura une bulle autour du US Open et du tournoi de Cincinnati, et certains joueurs — dont Djokovic — rechignaient à propos des nombreuses mesures sanitaires. Ce qui s’est produit à l’Adria Tour, ç’a démontré le sérieux avec lequel le US Open va préparer le site et l’accès des joueurs », a mentionné Lapierre.

D’ailleurs, le calendrier n’est toujours pas coulé dans le béton pour l’automne, a indiqué Lapierre. Notamment pour les Internationaux de tennis des États-Unis, qu doivent se mettre en branle à compter du 31 août.

« Ce n’est toujours pas sûr que l’US Open aura lieu à la fin août. J’ai encore entendu la directrice du tournoi (Stacey Allaster) dire cette semaine qu’on ne sait pas trop où on s’en va. Mais on se croise les doigts, parce que la situation est tout de même sous contrôle dans la région de New York. Ça devrait aller de l’avant, mais il va falloir adopter des mesures extrêmes pour confiner les joueurs dans une bulle entre l’hôtel et le site de compétitions », a-t-il ajouté.

C’est dans ce contexte que Lapierre estime qu’il n’est pas surprenant que la Coupe Davis de 2020 a été reportée à l’an prochain. L’annonce a été faite vendredi matin par les organisateurs de l’évènement, Kosmos Tennis et la Fédération internationale de tennis.

« Ce n’est pas vraiment une surprise, considérant tous les problèmes que vivent les différents tournois et le reste de la saison, en sachant que l’automne risque d’être infernal, a évoqué Lapierre. Il existe encore beaucoup d’insécurité par rapport aux mesures de sécurité et celles sanitaires qui doivent être prises.

« Et il ne faut pas oublier qu’il devait y avoir des matchs de qualifications (pour la Coupe Davis) au mois de septembre pour plusieurs pays. Tout ça est remis à 2021, et ça fait beaucoup plus de sens », a-t-il poursuivi.

Les 18 équipes qui étaient déjà qualifiées pour les finales de cette année — dont le Canada — participeront aux finales en 2021. Lapierre croit donc qu’il s’agit simplement de partie remise dans le cas des représentants de l’unifolié.

« Toute l’année est un peu ratée pour nos jeunes, qui commencent leur carrière respective, a-t-il dit. Je pense à Bianca (Andreescu), qu’on aurait aimé voir à la Fed Cup, et à Denis (Shapovalov) qui a fait des malheurs l’an dernier à la Coupe Davis, sans oublier Félix (Auger-Aliassime), qui était un peu affaibli l’an dernier mais qui a bien rebondi en début d’année.

« Mais ils ont 19 ou 20 ans ces jeunes-là. On a perdu une année, c’est "plate", mais tout le monde l’a perdue. Le Canada a encore de très nombreuses belles années devant lui, donc je ne m’inquiète pas », a-t-il renchéri.

Le Canada s’était incliné en finale de la compétition l’an dernier devant l’Espagne, qui comptait dans ses rangs Rafael Nadal et Roberto Bautista-Agut, entre autres. C’était alors une première présence pour le Canada en finale de la compétition centenaire.

Les finales de la Coupe Davis se dérouleront à Madrid, en Espagne, à compter du 22 novembre 2021.

L’ITF a aussi reporté les finales de la Fed Cup, l’équivalent féminin de la Coupe Davis, qui auront plutôt lieu du 13 au 18 avril 2021 à Budapest, en Hongrie.

La Fed Cup devait se dérouler en avril cette année, mais elle a été reportée à cause de la pandémie.