Le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, a indiqué mardi que les Internationaux de tennis des États-Unis auront lieu à compter du mois d’août à huis clos.

Howard Fendrich, marina villeneuve
Associated Press

Leur tenue fait partie des mesures de déconfinement prises par l’État à la suite de la pandémie de COVID-19.

L’Association américaine de tennis (USTA) avait décidé d’aller de l’avant avec son évènement phare sans spectateur, pourvu que l’État approuve son plan de match.

« Nous sommes excités par la tenue des Internationaux des États-Unis, qui auront lieu dans le Queens. Ils seront présentés à huis clos, mais vous pourrez les regarder à la télévision et ça me plaît, a déclaré le gouverneur Cuomo lors de son point de presse quotidien, à Albany. Les dirigeants du tennis prendront des mesures extraordinaires, mais le tournoi aura lieu. »

Comme plusieurs ligues professionnelles, les circuits professionnels de tennis ont été suspendus depuis mars. Plus de 40 tournois ont été annulés partout sur la planète.

Peu de temps après la conférence du gouverneur Cuomo, le président et chef de la direction de l’USTA, Mike Dowse, a publié un communiqué confirmant que le tournoi préparatoire sur surface dure habituellement tenu à Cincinnati en août a été déplacé au Centre national de tennis Billie-Jean-King de Flushing Meadows, juste avant les Internationaux.

« Nous reconnaissons qu’il s’agit d’une grande responsabilité que d’organiser l’un des premiers évènements sportifs mondiaux en ces temps difficiles, a déclaré Dowse. Nous allons continuer de le faire de la façon la plus sécuritaire possible, en atténuant tous risques potentiels. »

Les Internationaux des États-Unis doivent se mettre en branle le 31 août pour se terminer le 13 septembre. Ils sont habituellement le quatrième et dernier Grand Chelem de la saison, mais ils seront le deuxième de 2020, après les Internationaux d’Australie, conclus en février.

Les Internationaux de France ont été reportés de leur date habituelle, en mai, à septembre. Ils doivent commencer une semaine après la conclusion de Flushing Meadows. Wimbledon a été annulé pour la première fois depuis 1945.

De nombreuses vedettes pourraient passer leur tour

Même avec le feu vert de l’État, une importante question demeure pour le tournoi : qui y participera ?

De grands noms du tennis comme les nos 1 au monde Novak Djokovic et Ashleigh Barty, ainsi que le champion en titre Rafael Nadal ont exprimé des réserves à l’idée de se rendre à Flushing Meadows, où un centre de tennis intérieur a été utilisé pour loger des centaines de lits d’hôpital au plus fort de la pandémie.

Roger Federer a quant à lui déjà annoncé son intention de ne pas s’y rendre. Celui qui a gagné cinq de ses 20 tournois du Grand Chelem à New York ratera le reste de la saison après avoir dû subir une deuxième arthroscopie au genou droit.

Avec les contrats de télévision internationaux — ESPN verse à lui seul 70 millions US pour retransmettre l’évènement — qui aideront à contrebalancer les pertes de la billetterie et les autres revenus générés sur le site, en plus de faire face à une récession qui a coûté 100 postes à l’USTA, le conseil d’administration de l’association a décidé d’aller de l’avant avec son plus important tournoi malgré les inquiétudes causées par la COVID-19 et les déplacements internationaux.

Dans le plan partagé par l’USTA au gouvernement Cuomo, on fait état d’un entourage limité pour les joueurs, d’hôtels assignés, de nettoyage intensif sur le site, de plus d’espace dans les vestiaires, de prise de température quotidienne et de tests occasionnels de détection de la COVID-19.

Il n’y aura pas de qualification pour les tableaux en simple et probablement des tableaux de double réduits. Les joueurs dont le classement leur aurait permis de participer aux qualifications recevront une compensation monétaire fournie par l’USTA. Ces fonds seront transmis à l’ATP et la WTA, qui seront chargés de les distribuer.

La semaine dernière, Djokovic a indiqué que les restrictions qui seront mises en place pour Flushing Meadows seraient « extrêmes ».

« La plupart des joueurs à qui j’ai parlé semblaient pencher pour ne pas se rendre aux États-Unis », a-t-il dit.

Djokovic a organisé des matchs de démonstration devant des estrades remplies dans sa Serbie natale, la semaine dernière. Le gouvernement serbe a éliminé la plupart des mesures de confinement le mois passé.