Eugenie Bouchard disputait le match le plus important de sa carrière, vendredi à Miami, au deuxième tour de l'Omnium Sony et elle a dû composer avec une série d'événements insolites dont elle se serait sûrement passée.

Michel Marois LA PRESSE

Opposée à la Russe Maria Sharapova, son idole de jeunesse, la joueuse de 19 ans s'est logiquement inclinée en deux manches, 2-6, 6-0, dans un match qui n'a duré que 57 minutes.

Elle avait toutefois montré beaucoup de patience et une belle maturité en attendant près de quatre heures avant d'entrer sur le court en raison d'une longue interruption du jeu causée par la pluie. Et comme si ce n'était pas suffisant, Bouchard et sa rivale ont encore dû patienter de longues minutes quand une panne d'électricité a plongé le Court central du stade de Key Biscayne dans l'obscurité au début de la deuxième manche.

Les deux joueuses sont retournées au vestiaire et ce n'est qu'après encore une trentaine de minutes qu'elles ont pu reprendre le match. Bouchard n'a mené le match qu'à 1-0, puis à 2-1, avant de céder les cinq parties suivantes et de perdre la première manche en 29 minutes.

Nick Saviano, l'un des entraîneurs de Bouchard, est alors venu lui rappeler qu'elle devait continuer de jouer avec intensité et de se battre pour chaque point. «Tu fais bien, lui a-t-il dit. Continue de te battre et attends les ouvertures pour attaquer ses balles. C'est ce qu'elle fait, elle! Méfie-toi aussi de son service au centre du terrain; c'est son préféré. Tasse-toi un peu pour l'obliger à aller de l'autre côté...»

La jeune femme de Westmount a bien tenté de mettre en application les conseils de son entraîneur, mais Sharapova était devenue intraitable et elle a infligé à Bouchard un sévère blanchissage en deuxième manche, ne cédant que sept points en six jeux, dont quatre dans le dernier.

Bouchard avouait plus tôt cette semaine qu'elle s'inspirait de sa rivale. On a pu constater hier que les deux joueuses avaient effectivement des styles similaires, mais que Sharapova, plus expérimentée et encore plus puissante, trouvait plus souvent les coups pour conclure les échanges.

La joueuse de 6'2'', qui tente de réussir à Miami un rare doublé après sa victoire le week-end dernier à Indian Wells, a ainsi offert une belle leçon à sa jeune protégée et cette dernière s'en souviendra sûrement longtemps.

«Eugenie a connu une belle carrière chez les juniors et elle fait présentement la transition vers le circuit professionnel, a rappelé Sharapova avec beaucoup de classe après sa victoire. Ce n'est pas facile, mais elle est très talentueuse - son titre junior à Wimbledon en est la preuve - et je ne doute pas qu'elle connaîtra beaucoup de succès.»

La Russe de 25 ans, déjà gagnante des quatre tournois du Grand Chelem, avait elle-même été une championne encore plus précoce que Bouchard puisqu'elle s'était imposée pour la première fois sur le circuit de la WTA à 16 ans, remportant notamment le tournoi de Québec, avant de triompher à Wimbledon la saison suivante.

Première Canadienne à enlever un titre junior en Grand Chelem, la saison dernière à Wimbledon, Bouchard compte six titres professionnels à sa fiche, mais elle dispute cette année sa première saison complète sur le circuit WTA.

Un seul Canadien est encore en lice en simple dans le tournoi, le Torontois Milos Raonic. Le 14e mondial fera son entrée dans l'Omnium Sony aujourd'hui alors qu'il affrontera au deuxième tour le qualifié français Guillaume Rufin, 92e. Comme tous les favoris, Raonic a bénéficié d'un laissez-passer au premier tour.