(Montréal) La mémoire est une faculté qui oublie, mais pas nécessairement tout. Pour cette raison, et c’est particulièrement vrai dans le monde du sport, c’est peut-être préférable d’avoir une mémoire sélective, surtout quand on doit se remettre d’un douloureux revers.

Michel Lamarche La Presse Canadienne

Il n’est pas nécessaire de rappeler dans quelles circonstances le CF Montréal a subi sa deuxième défaite de la saison, samedi dernier face à Atlanta United. Mais dans l’esprit de l’entraîneur-chef Wilfried Nancy, il est important de mettre à l’avant-plan les aspects positifs d’une performance sur le terrain.

« Il y a des joueurs qui sont capables d’oublier rapidement. Chez d’autres joueurs, ça va prendre plus de temps », a mentionné Nancy, lors de sa visioconférence hebdomadaire.

« Ce que j’ai dit aux joueurs, d’abord, c’est que nous devons apprendre de [ce match]. Aussi, j’aime dire aux joueurs que dans ce métier, il faut se bâtir des souvenirs positifs. Oui, c’était frustrant à la fin du match parce que nous avons concédé un but, mais dans mon esprit, il faut garder en tête les bonnes choses que nous avons faites contre une bonne équipe, devant 40 000 spectateurs dans le stade. Oui, tout le monde veut gagner, oui, nous voulons gagner tous les matchs. Toutefois, ce qui compte le plus pour moi, c’est d’avoir une attitude gagnante. »

Nancy dit avoir parlé à ses joueurs dans les moments qui ont suivi la défaite de 1-0 contre Atlanta United. Ce n’est pas une habitude systématique chez lui, mais dans ce cas précis, c’était sans doute un bon moment de le faire, compte tenu de ce sur quoi il voulait insister.

« J’ai dit ce que je pensais d’une façon très positive aux joueurs, qu’on était dans la bonne direction, qu’on aurait aimé avoir des résultats différents sur les trois derniers matchs, mais que j’étais très fier et très confiant des performances que l’on avait eues, malgré qu’à Vancouver, on avait eu un petit moment difficile. Mais dans le contexte dans lequel on a voyagé et comment ça s’est passé, j’étais très content de ça », a précisé Nancy, en ajoutant que la semaine en cours, à l’entraînement, a été très bonne.

De son côté, le gardien Clément Diop, victime du but crève-cœur à quelques secondes de la fin du temps ajouté à la fin de la deuxième demie, ne semble pas du genre à reluquer dans le rétroviseur. Pour lui, ce qui importe, c’est le duel de samedi contre Cincinnati FC, à Fort Lauderdale.

« Je ne suis pas dans le passé. Le match est fini, on a perdu 1-0. Il y a la déception quand on est dans le vestiaire ; quand on sort de là, il faut tout de suite se reconcentrer sur les prochains entraînements, sur le prochain match. Je pense aussi que c’est la dynamique de l’équipe, c’est la façon dont on doit aborder les choses. »

Lors du match contre Atlanta United, Diop effectuait un retour devant le filet après avoir cédé sa place à James Pantemis, trois jours auparavant, face à l’Inter Miami CF. Le gardien québécois a profité de cette opportunité pour signer un premier jeu blanc en carrière.

Pour Diop, la présence accrue de Pantemis dans le portrait du CF Montréal ne change rien à son approche. Et le gardien français, qui ne peut être blâmé pour la défaite de samedi dernier, ne sent pas qu’on lui pousse dans le cou.

« Je me concentre sur moi-même, j’essaie de donner mon maximum à chaque match. Je ne me concentre pas sur les autres. On a un coach qui a une philosophie de s’appuyer sur tout son groupe. Donc, c’est à tout son groupe de pouvoir répondre présent quand il fait appel à nous, que ce soit du gardien à l’attaquant. »