Les joueurs et entraîneurs de soccer suédois ne seront pas obligés de passer un test pour la COVID-19 avant les séances d’entraînement ou les matchs dans le cadre du protocole de retour au jeu proposé par le pays pendant la pandémie.

Steve Douglas
Associated Press

Au lieu, ils devront remplir un formulaire d’auto-évaluation chaque matin et l’envoyer par courriel à leur médecin de club au plus tard deux heures avant leur arrivée pour l’entraînement, ou avant d’arriver dans un stade pour un match. Le médecin évaluera ensuite si les joueurs et les entraîneurs sont en assez bonne santé pour y participer.

Ils doivent rester à la maison s’ils présentent des symptômes.

Ce protocole suit le principe général adopté dans la société suédoise selon lequel seules les personnes qui « se sentent tellement malade qu’elles doivent se rendre à l’hôpital reçoivent un test de dépistage au coronavirus à grande échelle », a déclaré la ligue suédoise.

« Donc, conformément à cela, nous n’avons pas la possibilité de tester nos joueurs. »

Les protocoles de retour au jeu pour les entraînements et les matchs professionnels ont été présentés à l’autorité de santé publique du pays.

L’autorité devrait décider cette semaine si les deux meilleures ligues suédoises pourront commencer leurs activités le mois prochain. Elles espèrent commencer à jouer des matchs le 14 juin, plus de deux mois après la date de début initialement prévue.

La société suédoise ne s’est pas complètement confinée pendant l’épidémie de virus car le gouvernement et les autorités sanitaires ont choisi de ne pas imposer autant de restrictions que les autres pays.

Cela se reflète dans ses protocoles de retour au jeu proposés pour le soccer, qui diffèrent des autres ligues d’Europe.

Juste de l’autre côté de la frontière au Danemark, par exemple, les joueurs et certains membres du personnel se soumettront à des auto-examens avant les séances d’entraînement, puis feront l’objet d’un « régime de tests » avant les matchs de ligue ou les matchs amicaux contre d’autres clubs, a déclaré le directeur général de la Superligue danoise Claus Thomsen.

Chaque joueur sera testé une fois avant les matchs et probablement sur une base hebdomadaire, ou plus, après cela.

« Ce n’est pas une petite dépense pour les clubs de la taille de la ligue danoise, a expliqué Thomsen. Mais c’est une dépense que nous allons assumer. »

La ligue danoise envisage reprendre ses activités le 28 mai.

En Allemagne, où le football reprendra ce week-end, les joueurs et le personnel des deux meilleures ligues masculines d’Allemagne ont dû se soumettre à deux séries de tests avant de reprendre l’entraînement complet avec leur équipe la semaine dernière. Ils subiront également des tests réguliers avant chaque match.

On estime qu’il faudra au moins 20 000 tests pour terminer la saison.

En Angleterre, le directeur général de la Premier League, Richard Masters, a déclaré que les tests destinés aux joueurs avaient été développés par la société sœur de celle utilisée par la Bundesliga.