(Bridgeview) Bastian Schweinsteiger a marqué son premier but de la saison à la 88e minute de jeu et le Fire de Chicago a défait l’Impact de Montréal 3-2 samedi soir au SeatGeek Stadium.

La Presse canadienne

L’Impact (10-13-3) a subi un sixième revers à ses sept derniers matchs, et n’a pas gagné à l’étranger depuis le 8 mai lorsqu’il avait battu les Red Bulls de New York 2-1. Depuis, il a subi six revers consécutifs sur la route en MLS, auquel il faut ajouter un verdict nul in extremis de 2-2 contre le York 9 FC dans le cadre du championnat canadien.

Quant au Fire (7-10-9), il s’agit d’une deuxième victoire de suite, un tour de force qu’il n’avait réalisé qu’une seule autre fois cette année.

Schweinsteiger, un vétéran défenseur de 35 ans, a profité d’un coup de pied de coin de Djordje Mihailovic pour faire dévier le ballon, de la tête, à la gauche du gardien Evan Bush après s’être faufilé devant le défenseur Zakaria Diallo.

Selon Samuel Piette, les phases arrêtées ont fait la différence dans l’issue de la rencontre.

« Pas que ça, mais on a pris deux buts sur les phases arrêtées. En deuxième demie, on était beaucoup mieux qu’en première demie, on est rentré dans le match un peu mou. On ne peut pas concéder deux buts en moins de 20 minutes, comme ça en début de match. Si on n’accorde pas des buts, on part d’ici avec au moins un point. Ce n’est pas la première fois que ça nous arrive. Je sais qu’on a marqué sur les phases arrêtées, mais c’est à chaque match qu’on se fait prendre comme ça. »

Pour l’Impact, il s’agit d’une défaite crève-cœur compte tenu du fait que l’équipe montréalaise avait effacé un recul de 0-2 après avoir accordé des buts à Dax McCarty, à la 8e minute de jeu, et à Nemanja Nikolic, à la 19e minute.

L’Impact a amorcé sa remontée à la 34e minute quand Saphir Taïder a marqué son 9e but de la saison, sur un penalty, à la suite d’un tacle du gardien Kenneth Kronholm à son endroit.

Les hommes de Rémi Garde ont égalé le score à la 76e minute sur un but de Bacary Sagna, avec l’aide du nouveau venu Jorge Corrales, acquis du Fire mercredi dernier, et deux minutes après un important arrêt de Bush contre Brandt Bronico.

« Après notre deuxième but, on a continué à pousser encore plus, on croyait que c’était possible de remporter ce match. Finalement, c’est sur l’une de leurs seules occasions en deuxième demie qu’ils ont pu nous faire mal », a déploré Piette.

L’Impact a tenté d’égaler le score lors des temps d’arrêt, mais n’est pas parvenu à obtenir le but qui lui aurait permis de récolter au moins un précieux point au classement, malgré l’entrée dans le match de Bojan Krkic et Lassi Lappalainen, à la 63e minute, et celle d’Ignacio Piatti, à la 80e minute.

Ce revers place l’Impact dans une position de plus en plus inconfortable dans la lutte pour une place dans les séries éliminatoires dans l’Association Est. À la suite du verdict nul de 3-3 du Revolution de la Nouvelle-Angleterre à Seattle, l’Impact a glissé au septième rang, un point derrière la Nouvelle-Angleterre.

Par ailleurs, le Toronto FC, qui a également obtenu un match nul de 1-1 contre Orlando totalise 33 points, le même nombre que l’Impact. Enfin, Orlando et Chicago ne sont plus qu’à trois points de l’Impact.

La formation montréalaise reprend le collier mercredi prochain alors qu’il disputera le duel retour de la demi-finale du Championnat canadien contre le Cavalry FC, à Calgary. Elle sera de retour au stade Saputo samedi prochain pour y affronter le FC Dallas.

« Il ne faut pas paniquer. Il nous reste huit matchs, dont six à la maison, a rappelé Piette. On sait à quel point on a un support de plus, une motivation de plus à la maison. Il faut en prendre avantage. On n’est pas 12e, il ne faut pas jeter la serviette maintenant. On a un gros match mercredi à Calgary, premièrement, c’est de se qualifier pour la finale [du championnat canadien]. Après on pensera à Dallas. Je pense qu’il faut y aller un match à la fois maintenant. »