(Washington) Megan Rapinoe a accepté une invitation de la part du Congrès des États-Unis pour célébrer la récente victoire de l’équipe américaine à la Coupe du monde féminine de soccer.

Associated Press

Le sénateur démocrate Chuck Schumer a déclaré mardi qu’il avait hâte d’ajouter au calendrier un moment pour « que ces femmes inspirantes visitent la capitale nationale ».

PHOTO FRANCK FIFE, AFP

Les Américaines ont remporté la Coupe du monde de soccer, dimanche

Schumer, la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi et d’autres membres du Congrès ont invité l’équipe. Rapinoe a affirmé lors d’une entrevue à CNN mardi qu’elle avait accepté l’invitation lancée par la représentante Alexandria Ocasio-Cortez, Pelosi et Schumer.

La co-capitaine de l’équipe américaine a déjà mentionné qu’elle n’était pas intéressée à aller célébrer à la Maison-Blanche. Il n’était pas encore certain si les championnes allaient recevoir une invitation du président Donald Trump.

« Je n’irais pas » si la Maison-Blanche lançait cette invitation « et je crois que toutes les membres de l’équipe à qui j’ai parlé explicitement de cela n’iraient pas », a-t-elle déclaré à CNN.

Megan Rapinoe, qui revendique son homosexualité et est engagée politiquement, avait beaucoup fait parler d’elle durant la compétition en affirmant qu’elle n’irait pas à « la p…. de Maison-Blanche ».

Selon l’attaquante, qui s’est excusée d’avoir juré tout en maintenant sa position, cette rencontre serait « une opportunité pour l’administration » Trump d’« exhiber » l’équipe. « Je ne pense pas du tout que cela fasse sens pour nous. Je ne peux pas imaginer qu’une de mes coéquipières veuille être mise dans cette position », a-t-elle insisté.  

PHOTO FRANCK FIFE, AFP

Megan Rapinoe

La trentenaire, sacrée meilleure joueuse et buteuse du Mondial, a également vivement attaqué le président américain sur sa politique. Interrogée sur ce qu’elle voudrait lui dire, Megan Rapinoe a répondu en s’adressant directement à lui, fixant la caméra : « Je pense que je dirais que votre message exclut des gens. Vous m’excluez. Vous excluez les gens qui me ressemblent. »

« Je pense que vous vous référez à une ère qui n’était pas géniale pour tout le monde », a-t-elle ajouté, en référence au slogan de Donald Trump « Make America Great Again » (rendre sa grandeur à l’Amérique).  

Donald Trump, qui avait affirmé qu’il inviterait l’équipe américaine quel que soit le résultat, l’avait prise à partie sur Twitter : « Megan ne devrait jamais manquer de respect à notre pays, à la Maison-Blanche et à notre drapeau ».

- Avec l’Agence France-Presse