La semaine dernière, Jesse Marsch avait prédit un match divertissant entre l'Impact et l'Union de Philadelphie. Les 28 acteurs lui ont donné raison, samedi soir, avec un duel rythmé - à défaut de grande qualité - et trois buts dans les 10 dernières minutes du match.

Mis à jour le 16 juill. 2012
Pascal Milano LA PRESSE

Sur un air de déjà-vu, l'Impact a cependant été l'équipe la plus friable sur la fin, avec un nouveau but encaissé lors d'une situation de coups de pied arrêtés. Toujours huitièmes au classement dans l'Association de l'Est, les Montréalais ont ainsi récolté, sur ce score de 2 à 1, leur neuvième défaite de l'année sur les pelouses adverses.

Ce déplacement en Pennsylvanie est une énième source de regrets pour l'Impact, naïf sur le plan défensif, mais aussi terriblement maladroit devant le but adverse. Car si Donovan Ricketts a repoussé l'échéance avec quelques arrêts miraculeux, les milieux et attaquants montréalais sont parvenus à se placer dans d'excellentes positions. Au total, ils ont tiré à 14 reprises, mais n'ont pu cadrer que deux de leurs tentatives. Felipe, d'une tête sur la transversale à la 26e minute, a été le premier à passer un frisson dans un PPL Park garni de 18 544 spectateurs.

Par la suite, Marco Di Vaio est celui qui a fait augmenter la pression artérielle du gardien adverse Zac MacMath avec huit tirs. Mais ce dernier a eu le dessus sur l'Italien lors de deux face-à-face, à la 34e et à la 71e minute. Les autres tentatives du joueur désigné ont été déviées par la défense de l'Union ou ont abouti à côté du cadre. Lors des trois derniers matchs, Di Vaio a été assez bien servi par ses coéquipiers, mais n'a toujours pas ouvert son compteur dans la MLS. On sent néanmoins qu'il ne s'agit que d'une question de temps, mais aussi de chance...

Défi relevé, mais...

Avec la technique de Freddy Adu, aligné dans l'axe, et la rapidité du jeune attaquant Jack McInerney - 5'4 -, la défense centrale montréalaise était confrontée à de multiples défis. La paire Hassoun Camara-Shavar Thomas l'a plutôt bien relevé en première mi-temps avec de bonnes anticipations pour couper les services d'Adu et une bonne gestion des ballons dans la profondeur. Camara, auteur de penaltys dans ce genre de situation, est notamment bien revenu lorsque Keon Daniel filait seul face à Ricketts.

L'Union est cependant une équipe qui préfère passer par les flancs, et elle l'a bien démontré en début de deuxième période. En 17 minutes, Philadelphie a effectué huit centres dont la palme de la précision est revenue à l'arrière droit Sheanon Williams. Sur l'un d'eux, la tête plongeante de McInerney a été déviée du bras par Camara avant d'être stoppée en deux temps par Ricketts (55e). Le Jamaïcain a été tout aussi spectaculaire, 23 minutes plus tard, avec un plongeon désespéré face à Lionard Pajoy.

Problèmes récurrents

En 21 matchs, l'Impact a encaissé 35 % de ses buts lors du dernier quart d'heure de jeu, ce qui lui vaut le bonnet d'âne de la MLS. Ce déplacement n'a fait qu'accentuer la tendance sur deux égarements défensifs.

À la 82e minute, un une-deux entre Antoine Hoppenot et Gabriel Gomez - entrés en deuxième mi-temps alors que l'Impact a trop tardé pour injecter du sang-neuf - a mis dans le vent Collen Warner et Zarek Valentin. Sur le centre subséquent, le tir à bout portant de Pajoy n'a laissé aucun espoir à Ricketts.

À la 91e minute, l'Impact a de nouveau craqué sur une remise en touche de Williams mal dégagée par Dennis Iapichino. La sanction a été immédiate avec un tir croisé victorieux de Carlos Valdes.

Entre ces deux banderilles, l'Impact pensait avoir fait le plus dur en égalisant avec, il est vrai, énormément de chance. À défaut de trouver un partenaire, le corner de Patrice Bernier avait été dévié dans son propre but par Daniel (89e).

Cet épisode restera anecdotique, puisqu'encore une fois, l'Impact a affiché les mêmes lacunes que depuis de longs mois: mauvaise gestion physique et morale des fins de match, incapacité à défendre les coups de pied arrêtés et, en fin de compte, difficulté à amasser des points à l'extérieur. Pas vraiment un cocktail recommandé à long terme...

Aucun joueur de l'Impact au match des étoiles

L'Impact de Montréal n'enverra aucun joueur au match des étoiles de la MLS, a annoncé la ligue hier après-midi. Sept joueurs ont été ajoutés à la formation partante par l'entraîneur Ben Olsen, dont Osvaldo Alonso et Eddie Johnson, des Sounders de Seattle, ainsi que le capitaine du Real Salt Lake, Kyle Beckerman. Olsen a aussi choisi l'attaquant du D.C. United Chris Pontius et le gardien du Chivas USA Dan Kennedy. L'équipe d'étoiles de la MLS affrontera Chelsea le 25 juillet au PPL Park de Philadelphie. Le onze partant de la MLS a été sélectionné par les amateurs la semaine dernière. David Beckham et Thierry Henry en sont les principales têtes d'affiche.

- La Presse Canadienne