Sepp Blatter affirme que la collusion entre pays candidats pour les Coupes du monde de 2018 et 2022 est inévitable, mais le président de la FIFA se dit certain que le vote du 2 décembre prochain se déroulera de manière intègre.

Publié le 19 nov. 2010
ASSOCIATED PRESS

En réaction au verdict d'une enquête, vendredi, Blatter a noté qu'il est évident que ses collègues du comité exécutif discutent entre eux du scrutin secret.

La cour de déontologie de la FIFA a exonéré le Qatar ainsi que la candidature conjointe du Portugal et de l'Espagne, jeudi, d'accusations clamant qu'ils avaient accepté de s'échanger leurs votes. Un journal britannique avait avancé le tout.

Blatter a précisé que l'enquête n'a pas permis de blanchir les parties concernées, mais n'a pas revélé de preuves non plus.

Le comité de déontologie a suspendu les membres votants Amos Adamu et Reynald Temarii à la suite des accusations de corruption lancées par le Sunday Times.