«Le pire est derrière nous», déclarait le directeur général des Sénateurs d'Ottawa, Pierre Dorion, lors de son post mortem hier matin.

Mathias Brunet LA PRESSE

Sa citation a pris encore plus de poids, hier soir, lors de la loterie visant à octroyer les trois premiers choix au repêchage.

Le résultat constitue un énorme soulagement pour lui. Il n'aura pas à porter le fardeau d'avoir cédé à l'Avalanche le premier choix au total de juin pour un attaquant, Matt Duchene, déjà avec une autre organisation.

Dorion, on le rappelle, devait un choix de première ronde à l'Avalanche du Colorado depuis un an pour Duchene. Il a préféré conserver celui de 2018 pour repêcher Brady Tkachuk au quatrième rang.

Le jeune homme de 19 ans lui a donné 22 buts et 45 points en 71 matchs. Sur une saison complète, on parle de 25 buts et 52 points.

Avec leurs résultats catastrophiques, cet hiver, les Sénateurs ont terminé derniers au classement général. Ils détenaient 18% de probabilités de remporter la loterie, et presque 50% de chances d'obtenir l'un des trois premiers choix.

Les Devils du New Jersey, les Rangers de New York et les Blackhawks de Chicago ont remporté les trois premiers lots. Ils écartent ainsi l'Avalanche du top 3.

Les deux meilleurs espoirs, le centre Jack Hughes et l'ailier Kaapo Kakko, font consensus, mais aucun jeune ne fait l'unanimité par la suite.

L'Avalanche repêchera ainsi au quatrième rang, et choisira un joueur dont la valeur n'est pas encore établie, contrairement à Tkachuk.

«Nous sommes chanceux d'avoir Brady Tkachuk, a-t-il mentionné aux journalistes hier matin. Personne n'est parfait. Peut-être avons-nous fait des erreurs. J'ai commis des erreurs dans le passé. Mais je sais que je suis fier, tout comme notre personnel aux opérations hockey, d'avoir choisi Brady Tkachuk. Ce qu'il apporte, vous ne trouvez pas ça partout.»

Pierre Dorion a sûrement poussé un soupir de soulagement à la conclusion de la soirée.

L'acquisition de Matt Duchene a constitué un fiasco. Les Sénateurs ont commencé à piquer du nez, après leur carré d'as du printemps 2017, à son arrivée.

Dorion aura au moins récupéré des actifs en l'échangeant à la date limite des échanges: un choix de première ronde en 2019 (le 19e au total si les Blue Jackets sont éliminés en première ronde par le Lightning), deux espoirs qui, sans être exceptionnels, possèdent un certain talent, et peut-être aussi un autre choix de première ronde, en 2020, si Matt Duchene signe une prolongation de contrat à Columbus.

Les Sénateurs peuvent donc effacer cette tache noire à leur dossier. L'Avalanche peut toujours frapper un coup de circuit au quatrième rang -après tout, les Canucks de Vancouver ont repêché Elias Pettersson au sixième rang en 2017 - mais Ottawa peut en faire autant avec un choix parmi le top 20, et peut-être même un choix supplémentaire l'année suivante.

Ottawa ne manque pas de jeunes joueurs de talent. Thomas Chabot, 22 ans, a connu une grande éclosion en défense à la suite du départ d'Erik Karlsson. Il a obtenu 55 points en 70 matchs, en route vers une saison de 64 points sur une année complète.

Le jeune surdoué Erik Brannstrom, 19 ans, obtenu dans l'échange de Mark Stone, se joindra fort probablement à l'équipe l'an prochain.

À l'attaque, Brady Tkachuk a démontré ses qualités de marqueur et d'attaquant de puissance. Le jeune centre Colin White a atteint la marque des 41 points.

L'ailier Drake Batherson, 20 ans, a obtenu 58 points en 56 matchs dans la Ligue américaine à Belleville. Le centre Logan Brown, un choix de première ronde en 2016 (11e au total), en a amassé 41 en 54 matchs. Le centre Filip Chlapik est encore dans la catégorie des espoirs à 21 ans et il montre 33 points en 54 matchs à sa fiche.

L'ailier Alex Formenton, 19 ans, devait être une star de l'équipe canadienne junior, mais une blessure l'a empêché de participer au Championnat mondial junior. Il a 14 points en 7 matchs jusqu'ici en séries avec des Knights de London toujours invaincus.

Comme si la banque d'espoirs n'était pas assez pleine, le jeune centre Josh Norris, premier choix des Sharks obtenu dans l'échange de Karlsson, connaissait une saison comparable à celle de Ryan Poehling dans la NCAA avant de se blesser gravement pour le reste de la saison en janvier.

Norris était, avec Poehling, un attaquant de premier plan pour l'équipe américaine junior au Championnat mondial. Il a subi sa blessure lors de ce tournoi justement. Il a eu le temps d'amasser six points en sept matchs.

Les Sénateurs détiennent en outre des choix de deuxième ronde en 2019 et de première ronde en 2020, obtenus pour Karlsson. 

Pour diriger cette bande de jeunes premiers, Pierre Dorion est à la recherche d'un entraîneur pédagogique. «Nous avons un jeune groupe, alors il sera important d'avoir un bon enseignant, a-t-il révélé lors de son point de presse hier. La plupart de nos joueurs sont des milléniaux. Nous ne demanderons pas au coach s'il est familier avec Fortnite, mais il devra établir une complicité avec nos joueurs et instaurer une solide structure.»

Dorion n'écarte pas pour autant la candidature de Marc Crawford, l'entraîneur par intérim à la suite du congédiement de Guy Boucher.

Celui-ci a constitué une victime collatérale de la vente de feu. On l'a sacrifié malgré les circonstances atténuantes vécues depuis 18 mois, parmi lesquelles le départ de ses six premiers compteurs de 2017-2018 en l'espace d'un an.

Les Sénateurs seraient aussi à la recherche d'un président des opérations hockey, pour faire le pont entre l'impopulaire propriétaire Eugene Melnyk et le DG Dorion.

La patience est de mise à Ottawa, mais l'avenir est intéressant.

* * *

À LIRE

Pour plus de détails sur le point de presse de Marc Bergevin, hier, nos hommes de hockey Jean-François Tremblay et Richard Labbé vous ont concocté ce texte. Les fans du Canadien peuvent en passant remercier leur DG de ne pas avoir échangé un Poehling ou un Romanov pour un Matt Duchene...