Les équipes de queue de peloton n'ont pas lésiné. Les entraîneurs Phil Housley (Buffalo), Ken Hitchcock (Edmonton) et Bob Boughner (Floride) ont été remerciés sitôt la saison terminée.

Mathias Brunet LA PRESSE

Hitchcock n'a pas été congédié techniquement parlant, mais le président Bob Nicholson a déclaré que son avenir comme entraîneur appartenait au nouveau DG et qu'il resterait dans l'organisation dans un autre rôle s'il n'était pas retenu.

La situation est particulièrement exaspérante pour les partisans des Sabres, des Oilers et des Panthers.

Voilà trois équipes en reconstruction depuis plus d'une décennie, exclues encore une fois des séries éliminatoires malgré une panoplie de choix avantageux au repêchage.

Les Sabres ont repêché six fois de suite dans le top 8 ces dernières années, dont trois fois parmi les deux premiers choix, Sam Reinhart (2e en 2014), Jack Eichel (2e en 2015) et Rasmus Dahlin (1er en 2018).

Ils ratent les séries pour une huitième saison consécutive. Phil Housley n'aura pas survécu deux ans, après avoir succédé à Dan Bylsma.

Les Panthers ont repêché quatre fois dans le top 3 au cours des dix dernières années: Erik Gudbranson (3e en 2010), Jonathan Huberdeau (3e en 2011), Aleksander Barkov (2e en 2013) et Aaron Ekblad (1er en 2014).

Lors de l'arrivée du DG Dale Tallon en 2010, les fans des Panthers espéraient une reconstruction semblable à celle des Blackhawks de Chicago, où Tallon oeuvrait auparavant.

Les Panthers ont participé seulement deux fois aux séries depuis 2010, et perdu chaque fois en première ronde.

Tallon a réalisé un coup d'éclat hier en embauchant le réputé Joel Quenneville pour la somme de 30 millions. Quenneville est lié à l'équipe pour six ans.

Un peu de stabilité ne nuira pas. Tallon avait congédié trois entraîneurs entre 2011 et 2014, Peter DeBoer, Kevin Dineen et Peter Horacek, avant d'être écarté lui-même pendant une saison. Il a embauché Boughner à son retour, avant de le mettre à la porte deux ans plus tard.

Les déboires des Oilers sont largement documentés. Ils ont obtenu quatre premiers choix au total depuis 2009, et neuf choix parmi le top 10 lors des 10 derniers repêchages.

Ils ont participé une seule fois aux séries au cours de cette période, et gagné une ronde. Ken Hitchcock remplaçait Todd McLellan et il n'a pas su redresser le navire. McLellan pourrait être recyclé à Buffalo.

Edmonton compte sur le phénoménal Connor McDavid, mais ils ont moins de profondeur qu'à Buffalo ou en Floride. Ils se cherchent en outre un nouveau directeur général depuis le congédiement de Peter Chiarelli cet hiver.

Les Sabres de Buffalo pourraient repêcher au cinquième rang en juin. Ils ont toutefois 26,1% de chances de remporter l'un des trois premiers lots ce soir.

Les Oilers repêcheraient septièmes. Ils ont 6,5% de chances de remporter le premier choix et 20,4% de probabilités de repêcher à nouveau dans le top 3.

Les Panthers repêcheront en principe au 13e rang. Ils ont seulement 6,6% de chances de gagner l'un des trois premiers lots.

En principe, les perspectives d'avenir s'annoncent intéressantes pour ces trois équipes.

Jack Eichel vient de connaître à 22 ans sa première saison de plus de 80 points. Sam Reinhart, 23 ans,  obtenu 65 points. Le défenseur Rasmus Dahlin, toujours âgé de 18 ans, est déjà dominant. Il a amassé 44 points à sa première saison.

En Floride, Aleksander Barkov et Jonathan Huberdeau, tous deux âgés de 25 ans ou moins, viennent d'obtenir au moins 90 points pour la première fois de leur carrière. Les Panthers ont cinq marqueurs de 24 buts ou plus.

À Edmonton, les Oilers comptent désormais sur deux attaquants de 100 points ou plus, McDavid et Leon Draisaitl.

Malgré tout ce talent en place depuis plusieurs saisons, les espoirs du début de saison sont toujours éteints au cours de l'hiver.

Il faudra donc attendre avant de prédire des jours meilleurs à ces trois organisations.

C'est aussi une mise en garde pour le Canadien et les autres équipes en reconstruction, ou réinitialisation. Le talent individuel ne suffit pas. La recette doit prendre.

* * *

À LIRE 

Les Sénateurs d'Ottawa ont fait leur post mortem hier. «On ne peut descendre plus bas», a rappelé le défenseur Mark Borowiecki. En effet. Les Sénateurs comptent plusieurs bons jeunes de talent, mais ils devront céder leur premier choix, probablement l'un des trois premiers du repêchage, à l'Avalanche du Colorado. Il faudra être patient à Ottawa.