Ce qu'une marque de confiance peut faire.

Publié le 19 janv. 2009
Mathias Brunet

On ne savait plus trop à Atlanta comment s'y prendre avec Ilya Kovalchuk. L'attaquant russe, premier joueur repêché en 2001 et pressenti par plusieurs comme un sérieux prétendant au trophée Hart pour les années à venir à son arrivée dans la LNH, Kovalchuk ne s'est jamais affirmé comme prévu, malgré ses nombreux buts.

Plus tôt cette saison, on s'est même demandé si le DG Don Waddell n'allait pas finir par l'échanger.  Mais voilà que ces dernières semaines, le nouvel entraîneur John Anderson -un brillant- lui a offert, contre toute attente, le titre de capitaine.

Kovalchuk a répondu favorablement au défi. En huit matchs en janvier, il a amassé onze points, dont sept buts. Les Thrashers ont remporté trois de leurs cinq derniers matchs ce qui, dans leur cas, relève de l'exploit.

Le nouveau capitaine des Thrashers vient de se hisser au 13e rang des compteurs de la LNH avec 48 points en 46 rencontres. Si jamais John Anderson l'aide à retrouver sa touche et le transforme en plus en leader, il aura du mérite.