(Pékin) Les organisateurs des Jeux olympiques d’hiver à Pékin ont révélé que deux athlètes étrangers avaient été déclarés positifs à la COVID-19 lors d’épreuves tests en cours en vue de l’évènement.

Associated Press

Ils ont également exprimé leur sympathie pour un lugeur polonais qui s’est fracturé la rotule de la jambe gauche et subi de profondes lacérations à la jambe droite au centre de glisse des Jeux olympiques cette semaine lors d’un accident attribué à une erreur humaine.

Les deux personnes testées positives font partie des 1500 concurrents et membres du personnel qui sont entrés dans le pays depuis le début des épreuves tests début octobre, a déclaré Huang Chun, directeur général adjoint du bureau de prévention des pandémies pour les Jeux.

Il ne les a pas identifiés ni leur pays d’origine, mais il a révélé qu’ils étaient venus dans un avion nolisé pour l’entraînement de luge et la Coupe du monde. Ni l’un ni l’autre n’a présenté de symptômes et les deux ont été autorisés à s’entraîner, mais ils ont dû rester dans un hôtel de quarantaine et prendre leurs repas seuls.

La Chine a l’une des politiques de prévention de la COVID les plus strictes au monde. L’entrée dans le pays est restreinte et pratiquement tous ceux qui le font doivent se mettre en quarantaine dans un hôtel pendant au moins deux semaines, même s’ils sont vaccinés et ont un test négatif.

L’exigence de quarantaine est levée pour les épreuves tests et les Jeux, mais les participants doivent vivre et concourir isolés du reste de la population en Chine. Les athlètes s’adressent aux médias présents à Pékin par vidéo, pas en personne.

« La gestion en boucle fermée sert non seulement bien les Jeux, mais empêche également la propagation du virus, a expliqué Huang. C’est notre objectif. »

Le lugeur polonais Mateusz Sochowicz, 20e au classement de la Coupe du monde la saison dernière, a percuté une porte qui aurait dû être ouverte, lundi, au centre de glisse de Yanqing, où se dérouleront également les épreuves de ski alpin.

« Nous exprimons notre sincère sympathie à l’athlète blessé, a dit Zhao Weidong, directeur général du département des médias pour les Jeux. Personne ne veut voir des athlètes se blesser. »

Yao Hui, le directeur de la gestion des sites, a refusé de fournir plus de détails au sujet de l’accident au-delà de ce qui a été publié par la Fédération internationale de luge et le comité d’organisation de Pékin.

Il a précisé que des travailleurs médicaux étaient sur les lieux dans les trois minutes et qu’une ambulance a emmené Sochowicz à l’hôpital en 19 minutes malgré le terrain montagneux.