(Tokyo) Les adolescentes Kokona Hiraki et Sky Brown devront encore patienter : leur aînée Sakura Yosozumi, 19 ans, est devenue mercredi à Tokyo la première championne olympique de parc, l’une des deux disciplines du tournoi olympique de planche à roulettes.

Julie DEMARCY Agence France-Presse

Yosozumi a devancé sa compatriote Kokona Hiraki, 12 ans, 11 mois et 9 jours, et la Britannique Sky Brown, 13 ans et 28 jours.

Le record de précocité de l’histoire olympique pour une médaille d’or détenu depuis 1936 par l’Américaine Marjorie Gestring, sacrée au plongeon à 13 ans et 267 jours, tient toujours.

« Je suis très, très heureuse. Je me suis entraînée si dur et je n’ai pas de regrets. C’est ça qui m’a menée à ce résultat », a réagi Yosozumi en larmes.

Avec ce titre, la jeune femme a conclu la moisson du Japon en apportant une troisième médaille d’or (la cinquième médaille au total) en planche à roulettes au pays hôte, après les titres à l’épreuve de rue de Yuto Horigome et Momiji Nishiya.

Le Japon a manqué de peu le triplé ce mercredi. Misugu Okamoto, championne du monde en titre, a pris la quatrième place après sa chute dans la dernière course.

Symbole de la complicité qui unit les planchistes, habituées à vivre ensemble sur le circuit, elle a été portée à bout de bras et réconfortée par ses concurrentes.

« Arigato ! »

Échanges de sourires, accolades sous le soleil brûlant de Tokyo, cris de joie et chaudes larmes, les planchistes ont souvent donné l’image d’une bande de copines, venues avant tout s’amuser pour les débuts olympiques de la discipline de planche à roulettes.

La conférence de presse des trois médaillées n’a fait que confirmer cette impression.

« Je suis très heureuse. Cette médaille semble irréelle. Je suis si heureuse d’être sur ce podium avec ces filles. Sakura est l’une de mes meilleures amies. Kokona est aussi une très bonne amie », a déclaré Brown, sous le regard approbateur des deux autres médaillées.

Yosozumi et Brown sont toutes les deux nées au Japon, mais la seconde concourt sous les couleurs de la Grande-Bretagne, d’où est originaire son père, et vit en partie aux États-Unis.

Six ans les séparent, mais elles s’entendent comme larrons en foire, comme en témoignent leurs stories complices sur Instagram dans les navettes et allées du Village olympique.

N3 mondiale, sacrée aux derniers X-Games et vedette de son sport à tout juste 13 ans, Sky Brown faisait figure de grande favorite avec Yosozumi, qui l’avait devancée cette année au Dew Tour (épreuve de référence en planche à roulettes).

Après deux premières courses ratées, la Britannique, brassière aux couleurs de l’Union Jack, a sorti le grand jeu sur la troisième. Pour le plus grand plaisir des membres des délégations présents sur le site d’Ariake.

Mais avec un score de 56,47 points, elle a dû se contenter du bronze derrière les 59,04 points d’Hiraki, en argent, et les 60,09 points de la championne olympique Yosozumi.

La Japonaise, née à Wakayama, au sud d’Osaka, s’est hissée devant à sa première course, gérant un peu mieux l’enjeu que ces jeunes rivales. La championne du monde 2018 n’a pas amélioré son score sur les deux suivants. Mais l’essentiel était acquis : un sacre à domicile pour l’avènement de son sport aux Jeux.

Et des souvenirs entre amies plein les yeux. « Arigato ! » (merci en japonais), ont lancé en chœur les trois médaillées à l’issue de la conférence de presse.